Gala

 

Bien avant de donner son blase à une feuille de chou d’antichambre, gala a toujours eu, autour de la Méditerranée, une odeur de fête, de petits plats dans les grands et autres joyeusetés costumées. Il s’est même un temps entiché d’une seconde labiale (galla).
Sans doute une surenchère par rapport à gala, « vêtement d’apparat, de fête » dans l’Espagne du XVe siècle.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Là oùsque ça devient cocasse, c’est que nous avons sans le savoir repris notre dû aux Espagnols. Car tenez-vous bien, pour parler d’une « réjouissance » au Moyen-Age, c’estoit le mot gale que l’on employoit. Un peu comme si on décidait d’appeler mildiou ou H1N1 les noubas de maintenant alors ? Meuh non sots, pas de fléau là-dessous : gale était issu du verbe galer, attesté en 1223 (« s’amuser, dépenser, dissiper en plaisirs »). Pourquoi croyez-vous que régaler, galant (au sens vieilli de « raffiné »), galon, galipette ou encore galopin soient toujours en vigueur, mm ? Si, de gala, nos aïeux adoptèrent le a final, ce fut sans doute moins par souci de joliesse que pour empêcher la confusion avec l’autre gale. Futés, ces gars-là.

Z’avez encore rien vu, c’est un régal.

Figurez-vous que galer viendrait quant à lui de l’ancien bas francique wala (« bien »). A rapprocher du « joyeux compagnon » celtique (gal), du gallo-romain walare (« se la couler douce ») mais aussi et surtout du well anglais, les cocos !

Well well well, vous attendiez-vous à pareille fête ce jourd’hui ?

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s