Exsangue

 

A l’heure où l’on monte une vétille en épingle et où il est de bon ton de s’écharper pour trois fois rien, je vous propose de militer pour une cause qui en vaille la peine : la prononciation d’exsangue. L’usage, ce diktat au sourire si doux, veut que l’on glisse de la première syllabe à la suivante par un [gz], comme dans exagérer. Trouvez pas que c’est exagéré ?

Mais revenons à nos moutons, moutons.

On a beau se gratter la tête à s’en vider de son sang, impossible de trouver une explication rationnelle au phénomène. Qu’une voyelle fasse baisser la garde au x, rien à redire. Exemple : exemple. Un orthophoniste apporterait ici sa caution médicale : c’est une histoire de mise en bouche. Même un eczéma se verra traité en douceur par un [g] (sauf [k] purulent).

Mais pour exsangue, qu’on m’explique, et qu’ça saute. Bras dessus bras dessous avec son x, ce s nuirait-il particulièrement au palais qu’on le défigure de la sorte ? A ce compte-là, faudrait aussi mettre au rencart les belles sifflantes de exsuder ou de ex-salope à la crème. Si l’intention sous-jacente était de gommer un soupçon la dureté du mot, souvenez-vous de ses synonymes : affaibli, ruiné, en un mot comme en cent, raplapla au plus haut point. Notre exsangue n’a donc rien d’un « dur », excusez-moi, en regard du poisseux exsuder ou même d’une ex-salope trop cuite.

Exigez d’exsangue l’expression exacte !
Au prochain exalté se répandant en [gz], conjurez le mauvais augure avec force [ks] retentissants.

[mɛʁsi də vɔtʁ atɑ̃sjɔ̃].

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s