Smartphone sauce gribiche

 

Depuis que le restaurant n’est plus cancérigène, il appert que le smartphone y a supplanté le paquet de clopes. Voyez le blaireau qui, pieds sous la table, a pour premier réflexe de le poser en évidence à côté des couverts ? Si vous lui demandez où se situe l’irrespect là-dedans, vous obtiendrez généralement cette réponse : « j’t’emmerde ». Ce qui vaut, à demi-mot, aveu d’appartenance à la communauté des blaireaux.

Mais revenons à celle des moutons, moutons.

Puisqu’il faut tout faire dans cette maison, rappelons où le bât blesse :

1. C’est désobligeant pour le serveur, qui doit déjà se faufiler pour poser la commande. Ne venez pas pleurer s’il éclabousse au passage votre joujou de sauce gribiche, tête de veau, va.

2. C’est d’une goujaterie sans nom pour la dame en face, avec laquelle, en principe, vous convolez déjà (un tel bâton pour vous faire battre au premier rendez-vous, impensable). Vous signifiez donc à votre moitié qu’une partie de votre attention ne lui sera pas consacrée. Que vous avez potentiellement autre chose à foutre que de l’écouter. Et qu’il est hautement probable que vous décrochiez de la conversation à un moment choisi par vous, durant lequel elle pourra vaquer à ses occupations, et pourquoi pas y aller de sa propre gymnastique digitale. Il n’est pas rare en effet de voir des couples usés jusqu’à la moelle smartphoner chacun de son côté. On a fait vœu de célibat pour moins que ça.
Et puisque le déni de l’autre n’a pas de limite, une fois encouetté, gardez votre bidule à portée de main. Sait-on jamais, des fois qu’au beau milieu des ébats, l’envie vous prenne d’aller tâter de son galbe à lui.

3. Ainsi à la vue, dites-vous, la bestiole ne vous encombre plus. N’ajoutez pas l’impudence à la mauvaise foi. Toutes les vestes ont leur poche spéciale smartphone. La vérité c’est que sous prétexte de vous donner une contenance, vous contrôlez vos petits tuyaux pour oublier votre propre incomplétude ; manque de bol, vous vous la fourrez sous le nez à longueur de repas.
Naguère prolongement de nous-mêmes, la technologie désormais se repaît de nous, et elle reprendrait bien un chouïa de sauce gribiche.

Oulah, mais c’est que ça vire méchamment métaphysique, tout d’un coup.
Revoilà du terre-à-terre, émanant du Los Angeles Times. Un restaurant croit avoir trouvé la parade en baissant de 5% l’addition des clients qui daignent laisser leur machin à l’entrée. Mais tout à fait ! Comme ça, partout ailleurs, ceux-ci se croiront de nouveau tout permis…

 

Puisqu’on en est à jacter autochtone, la coutume veut que l’on traduise smartphone par « téléphone intelligent » (il l’est sûrement pour deux, vu la couche que traînent certains blaireaux détenteurs). Si l’on s’en tient au premier sens de smart, ça donne « téléphone élégant ».
A d’autres.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s