Bar à ongles

 

Certains mots épousent tellement la mode qu’ils passent comme une lettre à la poste. Dommage car en les reluquant de plus près, on s’esclaffe à peu de frais attentiooon : « bar à ongles » !
(‘ci beaucoup, merci).

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Ayé ? Bien remis ? Imaginez la poilade quotidienne au registre du commerce où s’inscrivent ces fleurissants (et sans doute florissants) établissements. Il est vrai que le bar est de moins en moins généraliste. Se multiplient ainsi les bars à vins, où l’on compare la minéralité de divers pichtegrus mais également les bars à eaux, où l’on compare la minéralité de diverses flottes. Sans oublier les bars à tartines, à huîtres, à frites, à goudas, à mines et tutti et quanti…

L’intérêt du phénomène se discute. Mais, en principe, est servi au comptoir ce qui est indiqué sur l’enseigne. La devanture d’un bar à ongles a donc de quoi glacer le sang : y consomme-t-on des ongles ?

Parce que, hein, le concept remonte à la nuit des temps : on y pratique la manucure, ni plus ni moins. Mais pour que la greluche de la dernière pluie ait l’impression, d’une part, de ne rien faire comme sa mère-grand trop la honte, et de moins raquer de l’autre, hop ! place au bar, jamais ringard par définition. Raymonde va chez l’esthéticienne, Fiona dans son bar à peau préféré (ha, vous jure qu’à Paris ça existe, j’ai des témoins). Suffit de jouer sur la hauteur des tabourets, une vague ressemblance entre le plan de travail et le zinc : tac, la clientèle mordra.

Pauvres nénettes, obligées d’ingurgiter toute cette kératine à leur âge. Et que dire des bars à sourcils et des bars à maquillage ? Imprudente theuneththe ! (‘Tendez, theveu thur la langue.) Et le blush aux hormones ?

 

Faites gaffe les cocottes, le sens de bar se barre. A ce train-là, dans vingt piges, plus un seul « salon de coiffure », que des bars à brushings. Vous moquez pas, dans la capitale décidément à la pointe du progrès s’ouvrent déjà des bars à chignons.

Quant à lunule, cuticule et, découverte du jour, onychophagie, voilà l’occasion rêvée de les caser. Tout sourire, sans le secours du moindre bar à sourire.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s