Pompier

 

Ils sont la preuve vivante qu’on peut encore se jeter au feu, littéralement, par amour pour son prochain. En combinaison ignifugée, où est le mérite ? rétorqueront les pisse-froid. Le jour où un nid de frelons bien remontés se formera sous votre auvent, rien ne servira d’aller pleurer dans les nylons inflammables de votre mère : c’est sur les pompiers qu’il faudra compter.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Pompier/fireman (« homme du feu »). Facteur/postman (« homme de la poste »). Pompiste/superman (« homme du super »). Avez-vous observé, loin du naturalisme grand-breton, comme le français aime chercher le nom des sacerdoces au diable vauvert ? Reprenons l’exemple de ce brave pompiste – frappé d’obsolescence, alors que plus personne ne s’étonnera dans vingt ans de bipper ses propres zarticles à la caisse. Là, le lien avec pompe crève les yeux. Mais dans le cas du pompier ? Lancier, extincteurier, camion-rougier, à la rigueur, on aurait compris ! Ne me dites pas que les vaillants sapeurs du temps jadis amenaient l’eau à l’aide d’une pompe ?

Eeeeeh si, l’étymo est parfois dééésespérante. Imaginez les anciens pomper comme des Shadoks, les bras débordant de biscottos dus à d’intensives séries de pompes. D’ailleurs ne dit-on pas « pompier pon œil » ? Si, c’est ça qu’on dit (surtout en Elsass). L’outil fait donc la fonction ; songeons aux carabinieri transalpins, délicieux équivalents de nos « gens d’armes ».

 

A l’attention des pyromanes qui liraient ceci (si, si, y’en a qui savent lire), une question nous brûle les lippes : pourquoi ? Qu’est-ce que la pinède vous a fait qui vous pousse, à la première canicule, à sortir du bois et, en l’occurrence, à le cramer in extenso ?
Le criminel classique qui tue son voisin de palier, encore, a un but avoué. Le chasseur, alors on désapprouve par tous les viscères mais son gibier, il le bouffe. Ou s’il s’abstient, le ramène au moins en trophée. Même au comble de l’horreur, le braconnier tire un bénéfice plus ou moins juteux de son sinistre négoce. Mais vous ? QUEL INTERET ?

En vue de punir ces sous-merdes à proportion des irréversibles dégâts occasionnés, on propose donc la crémation de leur vivant, ça devrait leur rappeler des souvenirs. Ou la sodomie par Canadair, au choix.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s