Tacler

 

Si l’on incline à « tacler »* la corporation journalistique, ce n’est pas qu’elle succombe plus que d’autres à la tentation du jargon : elle le fait publiquement. Ce qui nous donne du biscuit jusqu’à la Saint-Glinglin. Si c’est pas merveilleux.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Car voyez-vous (dirait le grand tacleur Méluche), cet usage médiatique de « tacler » n’aura jamais cours au-delà du mur d’une rédaction. Tout juste le verbe s’applique-t-il au match d’hier de l’équipe du coin commenté au zinc d’en face :

Puuutain, t’as vu comment qu’il l’a taclé !

Il faut déjà faire montre d’aussi peu d’envergure que de scrupules pour pisser du titre comme :

Frédéric Beigbeder tacle Nicolas Bedos

(non, il ne s’agit pas d’homonymes en protège-tibias)

ou

Numéricable à nouveau taclé : Bouygues réclame des dommages et intérêts

(sic, trois fois sic).

Verbe court, consonnes dures promptes à évoquer ce plongeon du diable vauvert pour défendre (une cause, au figuré). Pour un peu, on visualiserait son vol plané, à Numéricable, suivi du roulé-boulé de rigueur avec rictus de souffrance et imploration de maman – jusqu’au moment du carton que choisit le taclé pour s’en retourner gambader.
La métaphore est pratique. Mais d’un lourdos à faire frémir.
Surtout, elle dévie de son sens initial (« couper l’élan ») en niant la dimension défensive du tacle devenu pique, vacherie, coup bas.
Ce qui explique que contrer ou plaquer, pourtant tout aussi dissuasifs, n’aient pas les faveurs des journaleux. Basket ? Rugby ? Sports de lopettes où prévaut encore un certain fair-play : très peu pour les tacleurs fous, allons.

Rappelons qu’on peut très bien, sorti du stade, se faire « épingler » ou « rattraper par la patrouille ».

 

D’ailleurs cette acception de tacler (« attaquer, en venir aux mains » chez les Anglo-Amerloques) est dénoncée là-bas comme « not elegant ». C’est pas moi qui le dis, c’est Noah Webster dans son American Dictionary of the English Language. 1828.
Yes sir, y’a pas de honte à faire marche arrière (qui a dit « rétropédaler » ?).

Merci de votre attention.

 

* « Inclinataclé, inclinataclé » : ça swingue tout seul, aujourd’hui.

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s