Déblatérer

 

Malgré toute la tendresse qu’on peut avoir pour déblatérer, le doute surgit quant à son bien-fondé. Vous qui êtes allés au zoo/taquiner le bédouin savez de longue date que le chameau blatère. A peine ouvre-t-il la gueule, c’est pour blatérer. Quand chameau fâché ou non, lui toujours faire ainsi.
Alors, à quoi rime ce dé- ? Déblatérer, pure fiction ?

Mais revenons à dos de chameau, béliers (qui blatérez aussi. Ils nous blatèreront tous).

La prestance mêlée de familiarité de déblatérer ne doit pas nous aveugler plus longtemps. C’est dit, le verbe se pousse du col, par l’entremise de ce préfixe pour le moins curieux.
Est-il privatif (se moder, sarmé) ?
Rejoue-t-il le match en sens inverse (gonfler/gonfler) ?
Point, point. Déblatérer n’équivaut pas à blatérer à rebours et encore moins à s’abstenir de blatérer. Le rapport avec le râle traînant de nos amis à bosses est plus qu’étroit : il est fusionnel. Déblatérer C’EST blatérer, mes moutons.
Je veux bien que tout se vale, que tout soit dans tout et qu’on se tienne par la main for you and for me and the entire human race mais y’a des limites.

On pourrait faute de mieux échafauder l’hypothèse selon laquelle dé- se serait invité devant blatérer par mimétisme avec rouler (un discours), verser (son fiel), se lester d’un trop-plein de cancans paroles en quelque sorte.
A moins que dé-, purement explétif, ne soit là que pour atténuer l’animalité de blatérer ?

 

A y regarder de plus près, blaterare (« bavarder » en latin) a poussé sur la racine imitative bla, laquelle a bourgeonné en blabla. On a donc désigné le cri du chameau d’après celui de la pipelette. A ce compte-là, on aurait pu tout aussi bien patati-patater, si la plus humble décence et le respect dû aux patates ne nous en avaient dissuadé pour longtemps.

Mais en lorgnant franchement sur l’étymo jusqu’à en voir le soutif, on découvre que les latins disaient déjà deblaterare, « dire en bavardant à tort et à travers ». Le scandale remonte donc aux rues de Rome (et non « la sandale remonte les rues de Rome » ; innommable, comme cloche-pied).

Depuis le début, dé- signifie tout bêtement « tous azimuts » (comme dans démultiplier).

 

On a trop vite déblatéré sur déblatérer ; quels chameaux nous sommes.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s