Second

 

Avant toute chose, prononcer « segond » pour éviter moqueries et blagues douteuses à l’endroit du deuxième. Tentation à laquelle, par respect pour Poupou, on ne cèdera pas ici. Remarquez qu’on ne devrait avoir recours à second que lorsqu’il n’y a pas de troisième. Car si ce khôn est second, imaginez ce qu’on dirait du troisième. Quant à ce pauvre bougre de quatrième, il échoue selon l’expression consacrée à « la place du khôn », je vous ferais dire.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

On retrouve cette particularité de l’adjectif second en voiture, où la seule vitesse à ne pas se plier au cycle ordinal première-cinquième est justement la seconde. D’ailleurs, faites l’expérience, quelle est l’injonction revenant le plus souvent derrière un pépé rigoureusement indépassable ?

Passe la secooooooooooooooonde !

 

De tout temps, second a donné du fil à retordre. Il n’y a qu’à voir les graphies successives de la bête.
On relève ainsi secunt en 1119, secund (1140), segont (1160) voire, la même année, le substantif segonz, écrit seconz un siècle plus tard, sans oublier le secont de 1288, les secons et segon de 1375 ainsi que le vieux provençal segunt (XIIe s.). Aux ceusses qui feraient remarquer que ça va p’t-être aller, manquent à l’appel segond, secunz, six-coups, tripou et anxiolytique léger. Alors s’il-vous-plaît, je vous en prie.

 

Comme l’adverbe secundo le rappelle à point nommé, c’est de la faute du latin. Secundus – car c’était lui – signifie « suivant, qui vient après » en vertu de sa racine sequi, « suivre », qu’on retrouve sans trop se fouler dans nos séquence, conséquence, séquelle et obsèques. Et aussi, en déterrant un peu (quoiqu’après obsèques, déconseillé) dans secte, persécution et exécution (noter le crescendo). Autant de mots où rutile le c de second.

 

Fort bien, dites-vous, on comprend alors le verbe seconder mais pourquoi avoir appelé une seconde « seconde », nom de Zeus ?
Tout bêtement parce que c’est la durée qui correspond à la seconde division de l’heure, après la minute. Autrement dit, si les Zanciens avaient décidé de partir de la seconde pour arriver à l’heure, on serait pas rendu, à la minute où je vous parle.
Info à faire suivre.

Merci de votre attention.

 

Publicités

3 réflexions sur “Second

  1. C’est comme zinc, on prononce « zingue ». Peut-être que c’est pour ça qu’on peut être un peu dézingué ? Mais, c’est pourquoi, à la fin, qu’on dit « gue » à la place de « ke » ? Juste parce que c’est plus doux à l’oreille ?

    • Sans doute, Marie, sans doute… Surtout si l’on élude le ‘e’ pour aller vite [zgɔ ̃].
      Mais la prononciation ‘g’ n’a pas toujours prévalu puisqu’on a longtemps hésité même à l’écrit entre ‘c’ et ‘g’ selon les variantes régionales !
      Le ‘g’ de « zinc » semble influencé par « plombier-zingueur » (comment l’aurait-on écrit pour faire le son ‘c’, je vous le demande…).

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s