Comment réduire le hiatus entre rêve et réalité de manière drastique ?

 

En rêve, tout est simple. Vous couchez avec Marilyn Monroe, ou Brad Pitt (ou les deux). Vous passez d’empereur de Rome à brasseur de yogurt dans les Alpilles (où la marmotte met le chocolat dans le papier d’alu). De vieilles connaissances en croisent d’actuelles dans un joyeux foutoir spatio-temporel dont vous-même peinez rétrospectivement à démêler l’écheveau. Bref, ça va comme vous voulez. On peut même dire que ça rigole dru.

Mais au réveil, comme toute la psychanalyse se tue à vous l’expliquer à coups de Ça, de Surmoi et de Sais-Même-Plus-Quoi, vous vous heurtez au principe de réalité. Yeux clos, tout se déroule entre vous et vous. L’affaire se corse dès l’instant où vous quittez les bras de Morphée (ou de Marilyn ou de Brad ou les deux). Il vous faut alors tenir compte de tout ce qui n’est pas vous, cette réalité qui refuse bien souvent de se plier à vos désirs les plus tus.

Mais tout n’est pas rose dans le monde onirique. Pour un coït sous les latitudes hollywoodiennes (sans que vous ayez souvenance de l’aller-retour, ni de l’approche), combien de visions cauchemardesques de Michael Jackson vous attaquant avec un pistolet qui tire des billes jaunes ? De Stromae répétant son cletaspec dans vos écoutilles ?

Votre inconscient n’en fait qu’à sa tête. Mettez-le au pas.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en pionceur civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Le genre humain est prêt à tout pour se rendre utile et/ou intéressant. Convainquez autrui – moyennant finances s’il le faut – de se mettre à votre place, d’entrer dans vos savates (ou sandales suivant le rêve), de devenir vous en somme. Quand ceux à qui vous vous serez ouvert auront pigé très précisément de quoi il retourne, vous pourrez continuer à l’état de veille vos petits schmilblicks nocturnes sans que quiconque y trouve à redire.

 

♦  De suite après vos ébats virtuels, n’oubliez pas de filer rencart à Marilyn dans la vraie vie d’un

See you later, alligator

(vous aviez toujours rêvé de dire ça). Pour cause de décès, celle-ci vous posera probablement un lapin. Puisqu’on ne peut pas faire confiance aux filles, rabattez-vous sur Brad.

marilyn-test-sheet
♦  Pour ne plus jamais subir la cruelle désillusion du réveil, jouez-la Belle au bois dormant et écrasez tout votre soûl. A moins d’un prince ou d’une princesse charmant(e) de passage, ne laissez personne interrompre ce sommeil sacré (mais veillez à ce qu’il ou elle prenne ses précautions au moment de surplomber votre haleine centenaire).

 

♦  Prévoyez un gilet pare-billes en cas d’agression réelle du Maïkhôle (ou, pour cause de décès, d’un de ses affidés).
Encore plus souhaitable : le port d’un gilet pare-Belges. On n’est jamais trop prudent.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s