Auparavant

 

Contrairement aux apparences, auparavant ne peut se décomposer en « au paravent » et n’entretient donc que peu de rapports avec l’étymo d’auparavant consacrée à vent.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Du haut de sa stature adverbiale, auparavant résume à lui seul « avant cela ». Pour les grammairiens, comme pour nous tous du reste (mais nous, on n’arrive jamais à le formuler comme eux), il marque

l’antériorité d’un fait par rapport à un autre.

En changeant de point de vue, z’aurez remarqué qu’il nous est parfaitement loisible de dire « par après », ce qui commence de donner des indices troublants sur la charpente d’auparavant.

 

Aha ! C’est précisément la locution « par avant » qui apparaît dès 1243. Le fait qu’on y ait ajouté au pour faire joli – c’est vrai, après tout, à quoi l’article se rapporte-t-il ? – en dit long sur notre propension à charger la barque (cf. au-jour-d’hui) et reste encore aujourd’hui un mystère (cf. barque)…

Aussi, arrêtons-nous sur avant.

 

Abante provient du bas latin, lequel aimait lui aussi la chantilly puisqu’en plaçant le préfixe ab- devant ante (qui signifie déjà avant), il insiste sur l’achèvement (cf. abouti). Or, que l’on sache, avant l’heure c’est pas l’heure ; un événement antérieur à un autre, même de peu, finit bel et bien avant le début du suivant.

 

Notez qu’« adenavant » aurait donné un petit cousin tout à fait charmant à auparavant si le dieu des adverbes françois n’en avait décidé autrement…
Et un dieu qui s’appelle François ne peut être foncièrement mauvais.

Merci de votre attention.

 

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s