Corroborer

 

Certains tiennent corroborer pour un synonyme chicos de confirmer. Les vivisecteurs du dimanche, eux, y repéreront –roborer. Même radical que dans roboratif ? Ça mérite confirmation.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Comme il n’est pas plus tarte adjectif que roboratif, censé nous réconcilier avec l’art tandis qu’il nous fâche avec la langue, on perd de vue sa fonction « revigorante ». De même, cor-roborer = « fortifier, tonifier », selon l’acception médicale jadis en vigueur.

 

A y regarder de plus près, c’est la racine du chêne latin robur qu’on vient de déterrer là. D’où le méconnu rouvre (ce « chêne à feuilles caduques », les habitants de Rouvray seront ravris) et le familier robuste. Quant au verbe du jour, pas étonnant qu’il équivale à « renforcer » au sens propre depuis 1389.

 

Et c’est loin d’être fini.

Pourquoi les Latins – tout sauf des glands – nommaient-ils leur arbre robur ? Parce que son bois tirait sur le ruber, tiens. Pas de quoi attraper la rubéole, ni titrer à l’« ocre rouge » pour en faire une rubrique.

Un rubis, cette étymo.

 

Par ailleurs, il se trouve que le rouge est la seule couleur dont l’aïeul indo-européen reudh- rougeoie dans toutes les langues.
Roboratif, non ?

Merci de votre attention.

 

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s