Comment avoir de ses nouvelles sans passer par la case réseau ?

 

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

Rendons ses affaires à César, c’est à Lamartine qu’on doit cette fameuse vérité. Et la sagesse populaire d’embrayer, avec l’adage :

Loin des yeux, loin du cœur.

Pas besoin de refaire les calculs, la salope l’équation se vérifie toujours.

Vous vous targuez pourtant de la faire mentir en tapant le nom de l’être en question dans un moteur de recherche tout blanc. Ou en contemplant son mur sur un rézosocio tout bleu (dont le nom et l’intérêt m’échappent). Autant de précautions déployées pour que l’autre ne sache pas qu’il vous manque.
C’est complètement khôn, sauf votre respect. Aurait-il vent de votre démarche qu’il y verrait à coup sûr non un aveu de faiblesse mais une marque d’affection. A en devenir tout rouge, même.

Mais en opérant incognito, point ne donnez-vous de vos nouvelles. Peut-être qu’en tapant de son côté…

Ta-ta-ta. N’apparaît sur la Toile que ce qu’on veut bien lui concéder : statut éphémère, photos sans intérêt, agrémentées au mieux de broutilles commentées à chaud. Maigre pitance. Et à supposer que vous trouviez son blog, ce journal intime tout sauf intime, il ne vous révèlera que la partie émergée d’un iceberg insoupçonné. De quoi regretter plus encore l’époque où vous pouviez voir sous l’eau.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en curieux civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Un ami commun vous pourvoira en nouvelles fraîches. Mais l’ouï-dire n’est-il pas encore une forme de réseau ? De seconde main, les infos seront sinon erronées, du moins parcellaires.

 

♦  Téléphone ou mail faciliteront l’approche. Mais les télécommunications ne constituent-elles pas un réseau dans toute sa splendeur ? Distillées à distance, les infos risquent elles aussi de manquer de naturel.

reseau

♦  Demandez-lui plutôt comment ça va de vive voix, en faisant mine de passer par hasard dans le quartier. S’il ou elle s’est installé(e) à Acapulco ou dans le Grand Nord depuis la dernière fois, prétextez que le monde est petit. Il est grand temps que brillent vos talents de comédien ainsi que la lanière de vos tongs/la truffe de vos huskies.

 

♦  Tout bien pesé, le moyen le plus fiable d’obtenir un compte rendu exhaustif des événements est de les vivre en temps réel. Pour ce faire, introduisez-vous directement dans sa tête, d’où vous pourrez tout voir. Y compris vous-même et tout ce qu’il ou elle ne vous raconte pas. Et là, je ne vous raconte pas.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s