Par quelle formule prendre congé pour la 15e fois ?

 

Pendant que vous rêvez d’alpaguer une tête amie, un boulet surgit et vous prend dans ses rets. Et de dérouler, digresser, tenir le crachoir en assurant lui-même ses relances : le monstre vous pompe l’air et votre temps comme si vous l’y aviez expressément autorisé. Peu lui chaut d’ailleurs que vous coupiez court, le rembarriez ou usiez de monosyllabes. Un épouvantail ou une tranche de foie de veau auraient tout autant de répondant à ses yeux. Pourquoi vous dans ce cas ?

Parce que vous vous répandez en « d’accord », « pas de problème », « on fait comme ça » et autres « ça roule », tiens ! Pas étonnant que l’autre en redemande : vous simulez quasiment l’orgasme.

Ce faisant, votre stock de formules de congé s’épuise à vue d’œil. Quand enfin le boulet relâche son étreinte, il ne vous reste plus une seule cartouche.

 

A bout de forces, tout en recouvrant vos esprits, vous maudissez l’engeance importune. Gardez plutôt votre souffle pour la prochaine embuscade. C’est à chaud que vous viendront les meilleures parades.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en proie civilisée.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Intarissable est le boulet. Tant que sa propre prose ne l’incommodera pas, vous n’aurez aucune chance. Répétez donc tout ce qu’il dit. Pas une phrase en dessous de quinze bornes de long, excellent pour la mémoire.

 

♦  Hors de question de vous répéter, contrairement au boulet. Mais celui-ci goûte-t-il seulement les subtilités de la paraphrase ? Au diable vos scrupules grammaticaux. Choisissez une formule d’assentiment au hasard et tenez-vous-y. Au 14e « OK » hoqueté, il finira bien par rendre les armes.

 

♦  Misez toute votre dissuasion sur « à d’autres » avec des boulets d’entraînement : ex infatigable, institut de sondage, conseiller souhaitant faire le point avec vous, témoin de Jéhovah…

 

♦  Si le boulet vous persécute au téléphone, annoncez-lui qu’il y a erreur sur la personne. Si malgré vos refus surmimés, un faux frère vous passe la communication, prétextez que vous traversez, au choix :

  1. un tunnel
  2. une passe difficile
  3. une crise d’hémorroïdes

et qu’une autre fois, peut-être.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

certains-nous-manquent-moins

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s