Comment détester tout le monde sauf vous ?

 

« L’enfer, c’est les autres », comme le sartrait Jean-Paul. Il suffirait donc qu’autrui soit votre copie conforme pour que tout s’arrange.

Ce ne serait pas le paradis pour autant. Car alors surgiraient des contradictions qui font le sel du philosophe au turbin : pourriez-vous être votre propre ami(e) ? Dans l’affirmative, qui vous signalerait vos khônneries en temps réel ?
Vous ne vous supporteriez pas longtemps, avouez. La guerre des clones ferait rage en moins de deux.

C’est pourquoi vous préférez conchier l’altérité quelle qu’elle soit. Ça vaut mieux que de se conchier soi-même. Et le prétexte est tout trouvé : sachant que personne ne peut être vous, personne n’est à même de vous comprendre mieux que vous et toute coexistence est vouée à l’échec.

 

Toutefois, il a bien fallu qu’une cellule se divise en deux, se quadrivise en quatre et ainsi de suite jusqu’à mettre bas l’ensemble de l’engeance, qui n’est donc qu’une seule et même personne. En passant par le singe, pour ne rien arranger.

La différence a beau vous gonfler, elle n’est qu’apparente, comme la poutre du même nom.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en grand singe civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  La subdivision cellulaire qui vous sert de voisin mériterait l’indulgence, dans l’absolu. Voire de la gratitude envers dame Nature qui n’a pas jugé bon d’en produire deux pareils.

 

♦  Le nombre moyen de cellules pigmentant la peau est sensiblement le même d’un individu à l’autre. Y’a que la taille des granules distribuées par lesdites cellules qui change. Vous ne vous mettriez pas à dos la terre entière pour une histoire de calibrage, si ?

 

♦  Abhorrer l’humanité en bloc passerait pour trop pextrême de toute façon. Tâchez de ne considérer comme humains que ceux de votre tribu. Si vous êtes un vilain brun à petite moustache, comptez-vous quand même parmi les grands blonds athlétiques. Plus c’est gros, plus ça passe.

 

♦  Haïssant vos superstitions, certains spécimens font tout pour que vous haïssiez les leurs. N’en profitez pas pour les rabaisser à ce titre (à moins que vous ne conchiiez toutes les superstitions, ce qui serait beaucoup plus simple). S’il se trouve que leurs superstitions sont les vôtres, prenez-en acte (quelque arrachage de gueule que cela suppose) et changez-en (à moins que vous ne conchiiez toutes les superstitions, ce qui serait beaucoup plus simple).

 

♦  Certains régimes alimentaires vous paraissent pour le moins loufoques. C’est vrai, comment c’est possible d’avaler des trucs pareils ? Avec un appareil digestif identique au vôtre, ne l’oubliez pas.

 

♦  Quant au fait que des appareils génitaux identiques s’emboîtent entre eux, voilà qui vous échappe totalement. Mais que faites-vous du principe « qui se ressemble s’assemble » ? A vous dégoûter de solliciter vos propres gonades.

 

♦  En désespoir de cause, vous pouvez toujours vouer aux gémonies ceux qui n’ont pas le même groupe sanguin. Et, pour preuve de votre supériorité, vous taillader les veines en place publique.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

misanthrope

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s