Dans quoi graver vos noms ?

 

Graver votre initiale et celle de l’être cher dans un cœur traversé par une flèche sur une écorce est un exercice un peu vain. Qui draine par-dessus le marché un lot de contraintes considérable.

Primo, ça fait un mal de chien à l’arbre. Votre amour de la nature ne fait pas bon ménage avec l’autre.

Deuxio, c’est une corvée physique, dont les filles du sexe féminin et les couples lesbiens sont exclus d’office, sauf à convaincre un tiers suffisamment charpenté de faire le boulot.

Tertio, l’inscription doit résister au temps. Arbrisseaux chétifs et souches flapies s’abstenir. Même dans la force de l’âge, il est impératif que l’arbre ait un minimum de tenue. Immortaliser l’idylle sur un bonsaï la briserait de facto.

L’équipement, enfin. N’attaquez pas le tronc au couteau suisse, vous ne parviendriez qu’à le péter en même temps que vos propres phalanges. Votre futur lieu de pèlerinage requiert une lame grand modèle capable d’entailler sans résistance. Encombrement à son comble au moment de conter fleurette.

Donc, pas d’arbre ; au train où va la déforestation, ce serait vraiment chercher des poux à la planète.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en tourtereau civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Le tatouage. Un choix qui vous engage tous les deux. Car si votre initiale à vous ne risque pas d’évoluer, il n’en va pas forcément de même pour votre partenaire. Chez le tatoueur, faites libeller la parade comme suit : « A mon petit pingouin pour la vie ». Chacun sera libre de refaire la sienne comme bon lui semble.

 

♦  Plus romantique, la plage. La marée aura raison du dessin dans le sable mouillé ? Qu’à cela ne tienne, éloignez-vous de quelques mètres à l’intérieur des terres. Pas trop quand même parce que la postérité sur sable sec, vous n’avez pas fini de vous accroupir. En signe de représailles, vous pourrez toujours scarifier une méduse.

 

♦  Dites-le par montgolfière. Si toutefois les incisions maousse pratiquées dans la toile ne compromettent pas l’entreprise ; plus dure serait le flebeleb [chute retentissante].

 

♦  Vérifiez vos passeports, direction Hollywood Boulevard. Jouez-y les Cupidon dans le ciment frais, à l’instar des stars*. Ça vaut bien le métal d’une alliance.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez (c’est le cas de dire).

arbre2

* A. Delon, pour ne pas le nommer

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s