C’est du chantage

 

A force de s’élever contre cette pratique – parfaitement puante du reste -, il ne viendrait à l’idée de personne d’en faire autant avec le mot. Pourtant, à côté de chant, chantage fait pièce rapportée, non ? Leur coexistence n’a pas lieu d’être. Et dire qu’on était passé à côté de l’évidence durant toutes ces années (ou toutes ces années durant, ce qui a le don de mettre l’accent sur « durée » et sur « années » en voilà une langue qu’elle est bien foutue).

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Si les maîtres chanteurs font chanter leur monde, ne devrait-on pas les considérer comme des spécialistes du chant plutôt que du chantage ?
Désolé de mettre les pieds dans le plat mais de temps en temps, il faut ce qu’il faut.

D’ailleurs, pour mieux mesurer l’imposture de chantage, substituez-le à son grand frère :

se lever au chantage du coq,

répéter son tour de chantage,

sans oublier le fameux

chantage des partisans.

Seuls

un chantage d’amour

ou

céder au chantage des sirènes

parviennent encore à semer le trouble.

 

Minute, dites-vous.
Saboter → sabotage, monter → montage. Pourquoi pas chanter → chantage ? C’est chant l’intrus, avec ses cheveux trop courts !

Ce à quoi on opposera l’exemple du maître chanteur, toujours lui. Parler de chantage au sujet d’un gars qui ne chante pas mais passe son temps à faire chanter les autres est une entourloupe.
« Maître chantageur » éventuellement, pour bien distinguer ?

Non, cette histoire de chantage, c’est du fout de gueule.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s