L’avoir en visuel

 

Un flic en planque ou un militaire épiant sa cible informera le collègue en ces termes :

je l’ai en visuel.

Arrêtons-nous un instant sur cette phrase.
Vous l’avez en visuel ?

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Si c’est une question d’adrénaline, que les zigotos ci-dessus se détrompent : il n’y a pas moins de suspense dans

je le vois

ou

je l’ai dans mon champ de vision

si on n’aime pas « ligne de mire ».

 

Dans la même logique, pourquoi pas

je l’ai en auditif

au lieu de

j’entends quelque chose

ou

je l’ai en olfactif

à l’approche du baeckeoffe ?

 

Passé le moment de poilade, la compassion reprend le dessus. Dans les corps de métier où l’on s’ennuie ferme, inventer ce genre d’expressions est un passe-temps comme un autre.

Au deuxième degré, certaines ont carrément les honneurs du langage courant :

affirmatif/négatif ;
reçu 5 sur 5.

Quant à l’inénarrable

arriver sur zone,

il est en partie responsable de la surenchère de sur qu’on connaît.

 

Pour se distinguer des autres moutons, pas trente-six solutions : se mettre en scène. L’uniforme et le jargon sont là pour ça.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s