Genre

 

Le piéton rapportant des propos piaillera :

et là y m’fait, genre 

A ne surtout pas reproduire chez soi.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Si les virgules jouent les escort-girls avec genre, c’est pour rendre compte de la teneur de la conversation, qu’il n’est pas utile de citer au mot près. Genre équivaut alors à « disons », ou « à peu près » :

il était, genre, là et moi là.

 

Or, jusqu’à une époque récente, genre ne sortait que précédé d’un article et suivi d’un nom :

un genre d’orchidée.

Locution ne désignant nullement une sous-espèce d’orchidée mais une autre fleur au blase inconnu.

A l’oral, on a viré tout le barda pour ne garder que la notion d’approximation. Avant d’entrer de plain-pied dans le sournois, puisqu’on entend désormais genre au sens de « comme si » :

et là y m’fait, genre, j’te kiffe.

Au point d’en faire une exclamation à part entière :

Genre !

pour bien montrer qu’on n’est pas dupe.

Autant dire que

à d’autres,
vachement !

et autres

et mon cul, c’est du poulet ?

n’ont plus qu’à remballer les gaules.

 

Ultime étape, genre ne sert plus que de ponctuation, remplaçant deux points et les guillemets :

et là y m’fait, genre, genre !

 

Pour se donner un genre, tout est bon.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s