Comment se faire élire chef des fous ?

 

Cet honneur échoit bien sûr au plus fou d’entre les fous. Et vous l’êtes assurément, car il faut être fou pour penser que les fous auraient besoin d’un chef, désigné dans les règles de l’art qui plus est.

Les fous n’en font qu’à leur tête, n’écoutent que leur folie. Il n’y a pas plus anar que les fous.

 

Et puis reste à voir sur quel programme vous faire élire. Les fous n’attendent pas d’un chef qu’il les ramène à la raison, puisque c’est le chef des fous.

 

Sans parler des irrégularités susceptibles d’entacher le scrutin. Comment tenir compte de ceux qui grimpent aux isoloirs, mangent leur bulletin de vote avec de la moutarde et recrachent le tout dans les cheveux des assesseurs ? Ou, plus fou encore, ne se déplacent pas aux urnes ?

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en candidat civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Pour être sûr d’obtenir le suffrage de tous les fous, promettez-leur des trucs de fous : zéro fou dans la rue avant la fin de l’année, égalité fous/folles et bien sûr, rumba obligatoire avec le personnel soignant.

 

♦  Au diable l’élection. Inspirez-vous des grandes figures historiques et proclamez-vous empereur des fous. On parlera encore de vous dans deux cents ans.

♦  Flattez les bas instincts des fous. Puisqu’il faut toujours un bouc émissaire, déclarez la guerre aux ennemis jurés de votre communauté que sont les sains d’esprit.

 

♦  Les fous n’aspirent qu’à une chose : un asile tout neuf. Agrandissez l’ancien et poussez les murs. Plus on est de fous, plus on rit.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Publicités

Comment faire les poches quand ce n’est pas la discrétion qui vous étouffe ?

 

Etre pickpocket ne s’improvise pas. Sang-froid, ruse, sens du timing… Le plus important étant de ne pas se faire remarquer.

Autant vous dire qu’avec vos gros sabots, vous n’êtes pas taillé(e) pour le rôle. On vous repère à cent mètres. Sur votre passage, tous les chiens méchants du quartier se mettent à aboyer. Vous feriez fuir un courant d’air.

 

Pour passer inaperçu, le mieux est encore de vous terrer chez vous. Mais c’est dans la rue que tout se joue ; jamais vos proies n’accepteraient de se déplacer à domicile, seul endroit où vous soyez capable de faire diversion. Et quand bien même, en réalisant sur le pas de la porte qu’on viendrait de les dépouiller, elles feraient vite le rapprochement avec l’occupant des lieux.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en chapardeur civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Foutu pour foutu, autant opérer de front en annonçant clairement la couleur, façon bourse ou la vie. Comme vous ne supportez rien tant que l’injustice, laissez votre carte de visite, comme le plus vulgaire terroriste.

 

♦  Stratagème éculé mais qui a fait ses preuves : désignez quelque chose du doigt en faisant « oh ! » et profitez de ce que votre cible détourne le regard pour lui retourner le veston de fond en comble. Comme vous avez aussi deux mains gauches, veillez à ne pas laisser votre bras coincé dans sa manche.

 

♦  Marche aussi avec la variante : « t’as ton lacet défait ». En s’agenouillant, la cible vous offrira quasiment le contenu de ses poches. Comme en plus vous n’avez jamais de bol, il se sera éparpillé aux quatre vents par ce qui reste de couture.

♦  Baguenaudez en tutu ; on ne s’étonnera pas de vous voir arriver sur la pointe des pieds.

 

♦  Tout l’intérêt réside dans l’adrénaline que procure le danger. Si l’effet de surprise de votre venue est gâché, le danger, lui, est toujours présent. Augmentez vos chances de frissons en jetant votre dévolu non pas sur une dame âgée ou un touriste distrait mais sur de gros malabars à l’œil torve et aux biscottos bien saillants. Vous ne le regretterez pas.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment faire avaler à autrui que personne oncques ne clamse ?

 

Contrairement au bébé ou à l’éléphant s’ébrouant dans leur parc, l’homme sait qu’il va mourir. Tristesse fondamentale dont ne le console guère son intelligence supérieure.

Du reste, que vaut-il mieux ? Etre khôn comme une mouche et tout ignorer de ce destin funeste ou conscient de sa finitude et mettre à profit chaque seconde ?

 

On vous voit venir. Soumis à la dure loi de la jungle, l’animal ne sait-il pas que la mort rôde ? Assurément si : autour de lui seulement. Il ne fait déjà pas le rapprochement entre coït et reproduction, laissons-le au moins copuler tranquille sans rien lui révéler de ce qui l’attend quand le prédateur fond.

 

Quant à vos semblables, vous pouvez toujours apaiser leur angoisse en les persuadant que la mort n’existe pas, malgré les apparences.

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en dissimulateur civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  La plus courue : entrer dans les ordres. A force de seriner à vos ouailles qu’il y a une vie après la mort, c’est bien le diable s’ils ne finissent pas par l’intégrer. L’une ou l’autre brebis égarée s’interrogera sans doute : « mais comment sait-on qu’il y a un paradis et un enfer si personne n’en est jamais revenu pour en témoigner ? ». Condamnez-la au bûcher. Ce ne sera qu’un mauvais moment à passer étant donné qu’il y a une vie après la mort.

 

♦  « Mais alors, où sont passés les grands anciens s’ils sont toujours en vie ? », insistera-t-elle car plus la brebis est égarée, plus elle est têtue. Dites-lui qu’ils sont très très très très vieux et qu’ils ne peuvent plus se déplacer comme du temps de leur glorieuse jeunesse.

 

♦  « Mais alors, quid des assassins, dictateurs et autres raclures en tous genres ? Est-ce à dire qu’ils sont encore parmi nous ? ». Point point, ceux-là sont parqués dans des lieux tenus à l’écart où ils subissent des châtiments à la hauteur de leurs crimes.

 

♦  « Mais alors, qui peuple les cimetières depuis la nuit des temps ? ». Précisément les vilains ci-dessus, ils sont enterrés vivants, c’est leur punition, ils l’ont bien cherchée.

 

♦  « Et les accidents mortels alors ? ». Un complot du gouvernement pour justifier le code de la route.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment lire l’avenir dans la forme des nuages ?

 

Vous avez décidé de faire commerce de divination. Noble et saine activité qui consiste à tondre vos moutons de contemporains avec leur aval. C’est donc chez vous qu’ils viendront chercher des réponses à leurs questions existentielles ce qu’ils veulent entendre.

Reste à trouver un attrape-khoûillons moins couru que le zodiaque, les lignes de la main ou la numérologie.

Et si vous essayiez les nuages, ces gros bourrelets de vapeur qui jadis berçaient votre imagination ? Vous n’aurez même pas besoin d’investir dans du matos : tout est là, au-dessus de vos têtes. Il ne vous reste qu’à monnayer vos interprétations ésotériques d’antan. Un jeu d’enfant, littéralement.

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en Nostradamus civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  D’autorité, suggérez un chat, symbole de succès en Mésopotamie inférieure. Il y a peu de chances que le gogo vous objecte qu’on est à cinq mille bornes de l’Irak actuel et qu’il ne voit donc pas bien le rapport.

 

♦  Et ce nimbus en forme de dollar ? Signe évident de réussite en Américanie du Nord. Quant à savoir comment le gogo va se faire un gros paquet de blé, ne lui mâchez pas trop le travail, non plus.

 

♦  Si un cumulus en forme de boule de cristal vient à passer, n’hésitez pas à mélanger les disciplines.

 

♦  Ciel couvert ? Faute de pouvoir distinguer un nuage d’un autre, montrez comme vous êtes fortiche : prévoyez un déluge imminent.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Quel repas sauter (ou non) ?

 

Pour une raison x ou y (manque de temps, perte de temps, pas le temps, autant dire aucune raison valable), vous avez décidé de sauter un repas.

Autrement dit, de mettre en pièces votre rythme physiologique. Et les protestations véhémentes de votre ventre (krrrrrrrwww, garglglglgl, plllllleeeeeeaaaase) n’y feront rien.

Vous abstenir de boire, vous retenir de respirer ou vous imposer une nuit blanche ne vous ferait pas plus de tort.

 

Ce n’est pas parce que votre culte pousse au jeûne, quand même ? On ne peut pas le croire. Qu’elle prenne le nom de Carême, Ramadan ou Yom Kippour, c’est de l’auto-mutilation. Et si vous sautiez une religion, plutôt ?

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en pénitent civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

♦  Vous vous passez de petit déj tous les matins. Libre à vous de vous priver qui de confitures, qui de miels, qui de pâtes à tartiner aptes à vous dérider dès potron-minet. Cette énergie perdue à l’allumage vous transformera en limace pour la journée.

 

♦  Pas de pause déjeuner ? Vous n’y pensez pas : vous n’avez rien mangé depuis la veille.

 

♦  Ne faites pas l’impasse sur le goûter parce que ce serait moins grave. Ne serait-ce que par respect pour la boulangère, qui se sera tapé toute la pâte à choux et la crème pâtissière des éclairs pour des prunes.

 

♦  Vous n’avez jamais su la différence entre dîner et souper – si tant est qu’il y en ait une. Dans le doute, sautez les deux, ça leur apprendra.

 

♦  Résolvez le problème : devenez gréviste de la faim. Pour l’éradication de la faim dans le monde, tiens, noble cause.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment détecter les saisons ?

 

Nos anciens le déploraient déjà dans leur barbe : y’a plus de saisons. Plus l’apocalypse approche, moins on peut leur donner tort.

En voulant changer la face du monde, vos semblables n’auront réussi qu’à dérégler le climat.
Résultat : la saison ne se voit plus à la couleur du ciel (mauve), ni au mercure (dans le mauve), encore moins aux fruits et légumes qui n’ont de saison que le nom.

 

Une année n’étant qu’un cycle de quatre saisons, comme disait Antonio Vivaldi lorsqu’il jouait encore avant-centre dans la pizzeria familiale, si elles disparaissent, comment savoir, à terme, en quelle année vous êtes ? Heureusement, les calendriers à double fond signalent que celle-ci s’achève avec l’avènement du divin chiard.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en terrien civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  L’hirondelle étant une espèce en péril, ne comptez pas sur elle pour faire le printemps. Observez plutôt les cocotiers s’accoupler en forêt de Gennevilliers.

 

♦  Jadis infaillible, le tube de l’été ne se distingue même plus du tube de merde qui vous est proposé le reste du temps. Pour les deux ou trois millions d’années à venir, vous ne repérerez l’été qu’à une chose : le Tour de France.

 

♦  L’automne ? Il commence quand les cocotiers perdent leurs feuilles, allons voyons.

 

♦  Enfin, n’associez pas naïvement hiver et doudoune. Souvenez-vous qu’en changeant d’hémisphère, tout est inversé. Entre votre solstice et celui d’Australie : six mois d’écart. Comme c’est le laps de temps qu’il faut pour y aller (et encore, en marchant d’un pas décidé), ne partez pas en hiver, vous ne connaîtrez jamais l’été australien puisque là-bas ce sera de nouveau l’hiver. En bref : chaque fois que vous ne partez pas en Australie ou que vous arrivez en Australie, c’est l’hiver, ce qui est un bon moyen mnémotechnique.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment tourner un lapsus à votre avantage ?

 

Que vous soyez puissant ou misérable, votre langue fourchera avec une régularité helvétique. Z’aurez beau jurer à la cantonade que ce n’est pas ce que vous vouliez dire, tout le monde saura au contraire précisément ce que vous vouliez dire.

Le lapsus est révélateur, depuis l’oncle Sigmund. Pléonasme que n’aurait pas renié La Palice.

 

Certes, dans le cadre privé, « casse ton bac d’abord » et autres « passe-moi l’ciel » prêtent plus à sourire qu’à conséquence. Mais face à l’auguste assemblée buvant vos paroles, évitez de conclure votre envolée d’un « vive la Flance » qui réduirait à néant tous vos efforts de persuasion.

 

Puisque vous n’êtes que le jouet de votre inconscient (porte bien son nom, çiloui-là), autant l’assumer à fond et vous décharger de toutes les saloperies qui vous passent par la tête sur l’air du c’est-pas-moi-c’est-lui.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en ex-faux-derche civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Au moment de prendre congé d’un boulet, faites-lui sentir dans un grand sourire que « à bien tard » est une formule sans équivoque.

 

♦  Lorsqu’on soumet une nuisance sonore à votre sagacité de mélomane éclairé, au lieu de partir d’un paradoxal « non c’est pas mal », écoutez votre conscience : « oui saagace bien ».

 

♦  Au terme d’âpres négociations, félicitez-vous de l’accord « gagnant-perdant » venant d’être trouvé. On louera votre franchise. 

♦  Le jour où, recevant votre homologue dictateur, on vous presse d’évoquer les droits de l’homme entre la poire et le fromage, rappelez-lui que « là où y’a d’la gégène y’a pas de plaisir ». Vous lui aurez dit son fait sans en avoir l’air.

 

♦  Si vous ne pouvez tempérer vos ardeurs en galante compagnie, le mot lapsus lui-même vous tirera de bien des situations embarrassantes.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.