Peut-on mourir de khônnerie ?

 

Les symptômes du fléau sautent aux yeux mais son foyer reste méconnu. Une fois contractée, la khônnerie s’auto-entretient, vouant à l’échec tous vos efforts pour lutter contre. Comme disait l’oncle Georges, le temps ne fait rien à l’affaire.

Mais alors, les métastases dégradent-elles physiquement le sujet ? Autrement dit, peut-on en mourir ? Rien n’est moins sûr, car les khôns courent les rues avec une santé insolente.
Attention, on ne parle pas de décès dus à la khônnerie en général. L’accident fatal provoqué par le khôn est une conséquence de sa khônnerie et ne peut donc être comptabilisé dans les statistiques des morts par khônnerie.

 

Toutefois, à quoi peut-on attribuer les morts que l’on nomme pudiquement (« naturelle », « dans la force de l’âge », « de sa belle mort ») sinon à la khônnerie rampante ?
Si guérison il y a, elle doit passer par des traitements adaptés.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en rempart contre la khônnerie civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  La greffe de cerveau. A pratiquer avec précaution car chaque donneur est un porteur sain lui-même.

 

♦  Le sevrage. Privez le khôn de ses émissions préférées, rézosocios et autres reflets ou déversoirs de sa khônnerie. Retirez-lui le droit de vote et celui de procréer. Enfin, préservez-le de son entourage, généralement atteint par contagion au même degré que lui.

 

♦  L’électrochoc. Aveuglé par la khônnerie, le khôn oublie sa condition de mortel. Zigouillez ce qu’il a de plus cher au monde pour lui rappeler la brièveté de l’existence.

 

♦  Face au khôn, il importe de vous prémunir en n’entrant jamais dans son jeu. Lui prouver par a+b qu’il est khôn ne le rendra pas moins khôn. Essayez plutôt de le vacciner en le confrontant à encore plus khôn que lui.

 

♦  Le khôn n’a pas inventé l’eau chaude. Ni même l’eau froide. En revanche, sa khônnerie est d’une inventivité prodigieuse. Proposez sa candidature au concours Lépine de la khônnerie. Le khôn n’aime rien tant qu’être mis en valeur.

♦  Le khôn en phase terminale délire. Abrégez ses souffrances avec la formule incantatoire :

Maiiiiiiistuvaslafermertagueuuuuuuuuuuuuuuuuuuuule ?

Il ne s’en relèvera pas.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment dire son fait à un khôn sans aucun danger ?

 

Les manières d’untel vous insupportent au plus haut point. Pour des raisons trop longues à énumérer, celui-ci fera partie du paysage pour un bon bout de temps hélas. Vous avez bien envisagé de le couler vivant dans le béton ou de lui faire découvrir le Grand Canyon mais la scientifique finirait par flairer votre piste.

Car il est difficile de vous en cacher : plus qu’un autre, ce khehehônnard majuscule mérite d’entendre ses quatre vérités.

Vous craignez cependant – et qui vous en blâmerait ? – que la crevaison de l’abcès ne dégénère en pugilat. Et préféreriez, tant qu’à faire, cracher votre pilule sur de belles personnes de votre connaissance, celles qui ont le chic pour vous réconcilier avec le genre humain.

 

Oui mais voilà : on ne dit son fait qu’à un khôn, par définition. Partant, il est fort probable que ça vous retombe dessus.

Parce qu’on ne se méfie jamais assez du khôn, mes moutons. Neuf fois sur dix, sa mauvaise foi lui permettra de retourner la situation à son avantage. Tout ce que vous y aurez gagné, ce seront d’autres ennemis, tout aussi khôns que le premier. Voire davantage puisque en matière de khônnerie, on atteint rarement le sommet.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en fielleux civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Exposez vos sentiments au khôn de manière anonyme façon corbeau. Le plaisir sera certes gâché par le fait de ne pas assumer mais vous pouvez compter sur sa khônnerie légendaire pour ne pas faire le rapprochement avec vous.

 

♦  Récitez-lui votre laïus à l’envers (en ayant pris soin de tout apprendre phonétiquement sens l’autre dans).

salon_agriculture

♦  Si le khôn est président de la République, il est tout à fait possible que vous l’interpelliez sans vous faire mettre sur écoute interpeller à votre tour. Le chef des armées vous enjoindra dans sa barbe à passer votre chemin. Mais pas de triomphalisme : sa répartie ne respectera pas plus les canons du français que la vôtre (« touche-moi pas » ? allons bon).

 

♦  Le principal risque après tout serait d’avoir la mort du khôn sur la conscience, si toutefois (on peut rêver) celui-ci mettait fin à ses jours suite au déclic provoqué par votre intervention. Heureusement, dans sa logique de khôn, il ne comprendra à aucun moment ce qu’on lui reproche. Dans ces conditions, autant tout lui déballer à la gueule.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.