Petits durs à pédales

 

Il suffit d’un crâneur pour lancer une mode. Surtout si celle-ci consiste à mettre publiquement sa quéquette en avant. Ainsi le jeune cycliste mâle a-t-il coutume de cabrer son vélo dans sa course en signe de virilité.
Le gorille se cogne le torse, le paon fait la roue, le petit dur lève la sienne.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Ce n’est pas que ce comportement soit typiquement masculin. Il l’est exclusivement. Observez les pavements alentour : aucune congénère ne s’annonce à la cantonade bicyclette en rut. Sans vouloir verser dans le freudien de pacotille, force est de constater qu’il y a du phallique là-dessous*.

 

Ces raids mono-roue font frémir d’un bout à l’autre. Au-delà du taux de gadins qu’ils entraînent (tenu secret par la population concernée car ça n’arrange pas ses affaires), ils n’épatent même pas les petits copains. A plus forte raison les petites copines, dont l’intérêt avoisine celui d’un troupeau d’Aubrac au passage d’un train.

Pourquoi cette fuite en avant ? Le petit dur a-t-il seulement songé à explorer les possibilités de sa roue arrière ? Evidemment non : ce n’est pas de ce côté qu’il escompte attirer l’attention. CQFD.

Vitnage-Bikes-Set

Sociologie à deux roues, suite : le petit dur hébergera une fille du sexe féminin sur le guidon seulement. Alors qu’en se trouvant dans son dos, elle sera non seulement plus confortablement installée mais à portée de nichons qui plus est. Mectons, faut vraiment tout vous dire.

Plus inquiétant : on voit souvent des filles du sexe féminin gloussant par paires comme un seul homme. Là encore, le partage de la selle augmenterait la visibilité d’environ 100% et réduirait d’autant les risques de se viander atrocement.

Braver la mort est plus épanouissant à plusieurs. Et quel gage d’indéfectible amitié offert au reste du trafic.

 

D’ailleurs, un petit dur ne combinera jamais les deux prouesses : à ça du sol, sa conquête serait éjectée du cadre.
On ne mélange pas quéquette et amitié. CQFD.

Merci de votre attention.

 

* Falik Latçu, célèbre chanteur berbère à qui l’on doit Merguez de ma vie.

 

Comment réprimer un fou rire chez le toubib ?

 

Vaste question, qui ne concerne pas seulement les chatouilleux frémissant à la moindre palpation comme à l’approche d’un guili. Malgré la solennité du lieu (ou plutôt à cause de ladite), une vague d’hilarité peut vous emporter sans crier gare. Vos hormones se livrent alors un combat sans merci, adrénaline en tête. Vous avez beau tenter de penser à autre chose, les ruissellements, chauffés par le rouge qui vous monte aux joues, forment bientôt un magma de honte où se jette une morve dont vous ne savez plus s’il faut la renifler ou l’avaler.

En digne serviteur de la médecine qui en a vu d’autres, l’autre poursuit son office. Cet apparent détachement ajoute encore à votre gêne. Vous ne foutez déjà pas souvent les pieds dans son cabinet, ce n’est pas, merde alors, pour que le hasard voue joue des tours si pendables.

Rassurez-vous, c’est nerveux humain. Le ridicule ne tue pas et quand bien même : vous êtes justement dans de bonnes mains.

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en patient civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous, variables selon la spécialité :

 

♦  Qu’un généraliste vous écoute les entrailles avec son stéthoscope gelé ou qu’un ostéopathe vous triture le bedon comme de la pâte à modeler, vos gloussements, quelque inextinguibles qu’ils soient, n’auront d’autre incidence que de détendre l’atmosphère. Il est même conseillé de partager avec eux la réminiscence poilante ou l’idée saugrenue à laquelle ils riront de plus belle.
Mais la situation peut rapidement dégénérer chez l’acupuncteur qui, suite à l’une de vos secousses, ira planter son aiguille trois centimètres et demi trop bas. Et alors là, fini de rire.
Quant au dentiste et à l’ORL, ils perdront non seulement patience mais en prendront pour leur grade face à votre gorge déployée (morve susnommée, postillons, volume sonore…).

 

♦  Il n’est pas jusqu’à vos urologue et proctologue qui ne risquent d’apprécier modérément vos soubresauts, synonymes à ce stade de souillures inévitables.

 

♦  Ce qui précède n’a aucune commune mesure avec un fou rire chez le chirurgien esthétique, dont on laisse à penser les conséquences désastreuses pour ce lobe d’oreille ou ce nez en trompette qui faisaient finalement votre charme.

 

♦  De même, si vous poussez la porte d’un thérapeute par le rire dans cet état, prenez garde : toute crise sera contre-productive. L’homme vous bottera vraisemblablement le train, bouffera son diplôme avec de la sauce piquante et filera refaire sa vie chez les Mormons du Dakota du Sud.

south_dakota_map

♦  LA solution ? Arrangez-vous pour que la consultation concerne une autre personne, ami(e), conjoint, progéniture… laquelle vous saura gré de l’avoir si jovialement soutenue pendant ce (moins) mauvais moment à passer.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.