La fonction Snooze

 

Présente sur tous les réveille-matin, la fonction Snooze nous permet de réviser le pluriel de « réveille-matin », ce qui n’arrive pas toutes les 9 minutes.

Mais recomptons nos moutons, moutons.

Que stipule la notice ?

Appuyez sur SNOOZE. L’alarme s’arrête et se déclenchera à nouveau 9 minutes plus tard.

On n’invente rien, c’est écrit en toutes lettres, y’a qu’à se baisser, c’est à peine croyable.

Révisons. Si l’on en croit la VO (« roupiller, faire la sieste »), to snooze est plus proche de la somnolence que du sommeil profond.
La fonction du même nom se matérialise par un bouton plus gros que les autres, histoire d’optimiser les tâtonnements à potron-minet.

 

Ceux qui se targuent de vous sortir du pieu partent donc du principe que vous êtes une grosse feignasse. Et que l’heure à laquelle vous avez mis le réveil est nulle et non avenue puisque la fonction Snooze vous laisse une marge de n x 9 minutes. Pas 8, pas 10. Etudes physiologiques à l’appui ? Nous sommes sûrement programmés pour nous hhhhrrrrmgnmgnmgnrendormir dans ce laps fatidique.

 

Infernal ! Comme s’il ne suffisait point qu’une alarme de tous les diables nous arrachât des bras de Morphée, le méfait se perpètre à intervalles réguliers avec notre consentement. De la moutonnerie à l’état pur ou on ne s’y connaît plus.

 

C’est surtout l’échec du concept même de réveil. Lequel ne parvient plus à vous sortir du lit d’un seul coup. Les fabricants y intègrent donc de quoi prolonger votre nuit et flatter vos bas instincts.

 

Mais pourquoi s’embarrasser d’un réveil qui autorise à pioncer de plus belle ? Mieux vaut se lever avec les poules, comme au bon vieux temps.
Non sans avoir trucidé le coq.

Merci de votre attention.

Publicités