Comment repérer un arbitre dopé ?

 

N’est pas arbitre qui veut. Rendez-vous compte de la force de caractère qu’il faut pour rester droit dans ses bottes en essuyant les menaces de mort de tous côtés. Les joueurs risquent moins leur peau, qui sont visés collectivement (en vrai, les supporters sont des dégonflés). Ils pourraient d’ailleurs sortir dans la rue sans garde du corps. Quant à l’arbitre, s’il sort, c’est dans l’anonymat le plus total et pour promener son chien (en vrai, les supporters sont des dégonflés).

N’oublions pas la force physique du bonhomme. Les statistiques donnent toujours la distance parcourue par x ou y au cours d’un match. Elles ne s’intéressent jamais au nombre de bornes que s’enfile l’arbitre. Lequel, comme le veut sa fonction, se trouve tout le temps sur l’action, pas comme ces feignasses d’ailiers ou de goal. Observez-le : c’est proprement surhumain.

 

D’où l’appel de plus en plus pressant à l’arbitrage vidéo : il ne peut pas être partout, le bougre. Idem dans le vélo. Pour pallier une absence que ne compensent pas les commissaires de course vissés sur leur chaise, les commentateurs se tournent vers d’autres « juges de paix » : Glandon, Tourmalet, Aubisque…
Ah si les cols pouvaient parler.

 

Mais pour avoir toujours raison même quand il a tort, à quoi carbure l’arbitre ?

N’étant pas infaillible, les sportifs qu’il a à l’œil ne peuvent compter, à leur tour, que sur le dopage pour se départager. Rompons dare-dare ce cercle vicieux et penchons-nous sur les pratiques du corps arbitral.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en arbitre d’arbitre civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  D’office, quatre ans de suspension pour les arbitres russes et est-allemands, ça gagnera du temps.

 

♦  Sélection naturelle toujours, un simple contrôle visuel suffit à disculper votre homme dans les sports individuels. Au tennis par exemple, voyez comme l’arbitre de chaise s’empâte. Et que dire des vieux croulants chargés d’homologuer le saut des athlètes ? Brioche et compagnie. Sans compter – et c’est ce qui leur donne cet air si triste – qu’eux n’ont pas le droit de se jeter dans le sable sous les hourras.

arbitre2

♦  Probité suspecte ? Attention, certaines hormones de droiture sont autorisées par les instances. Effets les plus spectaculaires : 1) infliger un second carton au joueur qui conteste le premier, 2) ne pas siffler une faute imaginaire de l’équipe A uniquement pour faire plaisir aux supporters de l’équipe B sanctionnée cinq minutes avant à juste titre.

 

♦  Multipliez les contrôles inopinés dans les vestiaires. Une fois passés au peigne fin short, cartons et caméra embarquée, vérifiez qu’aucun roulement électrique n’est dissimulé dans le sifflet.

 

♦  A l’issue de la compétition, soumettez l’arbitre aux mêmes analyses d’urine que les joueurs. Aux chiottes l’arbitre, en quelque sorte.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Publicités

Sponsor

 

Quoi que vous entrepreniez dans la vie, n’oubliez surtout pas de remercier votre sponsor. Ça lui fera plaisir car on ne le voit pas bien, noyé qu’il est parmi les autres sponsors derrière le sponsorisé qu’on interviewe.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

D’où nous vient sponsor, ce monstre n’évoquant rien de connu si ce n’est le son du tiroir-caisse ?

Des Stazunis, où il n’a cours qu’en 1931 ?
C’est oublier que sponsor attend son heure depuis le XVIIe siècle en tant que « parrain/marraine » lors des baptêmes grands-bretons. Notion de « garant » qui s’étend quickly au-delà du bénitier. Jusqu’aux arrêtés du 17 mars 1982 et du 24 janvier 1983, qui recommandent l’usage de commanditaire pour éviter l’anglicisme. Comme quoi hein, arrêtons de chier sur les anglicismes.

 

D’autant plus que sponsor attend son heure depuis le début de la chrétienté en tant que « parrain/marraine » lors des baptêmes latins. Sa terminaison est si typique qu’on aurait dû faire le rapprochement alors quoi ? A notre décharge, il est vrai que le français change systématiquement les -or en -eur : tutor → tuteur, imperator → empereur, etc. On a par conséquent évité « sponseur » de peu. Comme quoi hein, arrêtons de chier sur les exceptions.

 

Sponsor doit sans l’ombre d’un pli son nom à sponsus, participe passé de spondere, « promettre solennellement », basé sur l’indo-européen spend-, « faire une offrande », d’où « s’engager ».

Au passage, si sponsus et sponsa sont « fiancés », c’est pour nous rappeler que sposus = sponsus prononcé à la va-comme-je-t’épouse. En témoignent encore l’espagnol esposo, le rital sposo et le chleu Gespons.

 

Si après ça vous cherchez encore des correspondances entre sponsor et d’autres mots de la langue que vous ne verriez pas spontanément, c’est de votre responsabilité.

Merci de votre attention.

 

Forme olympique

 

Tir croisé spécial J.O. aujourd’hui !
Aussi sûrement que nous ne foulons jamais le sol d’un gymnase (dites pas non), nous nous sommes tous délibérément scotchés devant ces Jeux de Londres finissants. Et il fallait que les performances fussent à la hauteur pour que le festival que nous ont offert les commentateurs sportifs ne vînt pas entamer notre régal.
Ne leur jetons pas la pierre, ‘tention, ils font un métier difficile avec des tas de noms et de chiffres à retenir et on dit tous des bêtises dans le feu de l’action. D’ailleurs on les adore ; ils font trop partie des meubles pour qu’il en soit autrement.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Ecartons de suite les noms écorchés, les néologismes (« je vous l’avais dit qu’elle était piégeuse, cette descente ») et les OVNI n’ayant cours que dans les jargons respectifs des consultants (« ouuuuh ! la chiquenette qu’il lui a mis, là !… »).
Ce serait trop facile.
Non, on ne rencontrera ici que des mots de tous les jours, employés, comme nous l’allons voir, dans des contextes pour le moins décalés.

 

 C’est ainsi que sans crier gare s’est invitée, semble-t-il pour ne plus jamais repartir, l’épithète gros. Plus volontiers au féminin :

Oh quelle grosse faute du défenseur !

(on préfèrerait ici grossière mais admettons) ;

Ah ! la ! la ! grosse déception

(là, ça passe encore, de justesse) ;

Encore une grosse défense ;
Grosse grosse ambiance ce soir ;
C’est la grosse sensation de ces Jeux…

Il y en aurait encore de pleines brouettes.

On conçoit qu’une bonne ambiance ou qu’une bonne défense soient en-deçà de la vérité. Mais rien n’empêche les commentateurs d’évoquer plus précisément une défense âpre ou une ambiance survoltée qui rendent compte de l’événement avec le même enthousiasme et sans offense à la langue de Jean-Baptiste.

Hypothèse : la multiplication exponentielle des chaînes thématiques sportives pousse les commentateurs à forcer le trait, quitte à s’extasier sur des non-événements, afin qu’on suive leur retransmission plutôt que les mille autres. D’où « grosseur » systématique…

 

•  Autre apparition récente et non moins intempestive, le client. D’abord limité aux commentaires footballistiques mais qui a, comme on pouvait le redouter, fait tache d’huile :

Attention à celui-là, c’est quand même un sacré client

qu’on trouve aussi sans adjectif, tant on a eu le temps de se faire au concept :

Quel client ! Quel client !!

cependant moins zélé que :

C’est un gros client

qui reste en haut du panier.

Faudra vous y faire, dorénavant, n’importe quel membre éminent d’une équipe est bombardé client par le commentaire. C’est pas pour donner dans le raccourci facile mais vu l’oseille générée par l’industrie du sport toutes disciplines confondues, ce client sortirait tout droit du lexique managérial que ça ne nous étonnerait qu’à moitié.

 

•  Business is business, ça se confirme à vitesse grand V avec les variantes patron et cadre :

L’entraîneur a fait confiance aux cadres de l’équipe ;
Ah çà ! C’est un patron sur le terrain !

Rassurez-moi, vous les vomissez aussi ces deux-là !
A quand

Le DRH fera rentrer le boss en deuxième mi-temps ?

 

•  Venons-en maintenant à un autre héritage des footeux : le réalisme.
Ne dites pas, modestement :

Ils ont perdu

mais :

Ils ont manqué de réalisme.

Ça ne mange pas de pain et mais vous ne passerez plus pour un glandu, du moins à l’antenne.

Sur ce point, on pourrait tartiner des chapitres entiers.

Il n’y a pas d’autre raison de perdre un match, globalement (sauf guigne chronique), que d’être moins forts que ceux d’en face. Mais ça, les commentateurs ne peuvent pas le dire, payés qu’ils sont pour se répandre en analyses. Ils ont donc trouvé la parade en donnant au téléspectateur des raisons prédigérées, dont le « manque de réalisme » est sans conteste la plus inane.

Bêtement, on croyait qu’être réaliste c’était voir les choses comme elles sont mais ça c’est que nous. Les perdants, ces indécrottables idéalistes, avaient la tête dans les nuages au lieu de s’occuper du ballon et voilà le résultat.
On rêve de demander un jour au journaleux qui nous tomberait sous la main ce que cette notion de réalisme recouvre exactement. Vas-y mon gars, on t’écoute.

On va t’aider. Après mûre réflexion, l’expression est sans doute dérivée, au gré de longs méandres, du « manque de lucidité » qu’on entend parfois. Nous avons tous joué avant-centre, quand arrive la 43e minute, la transpiration nous brouille la vue, on tire à côté et on perd, on n’a pas été lucide sur ce coup-là. Or qu’est-ce que la lucidité sinon le fait de voir les choses telles qu’elles se présentent ? De lucidité à réalisme, il n’y a qu’un pas…

 

•  Le suivant est un de nos chouchous. Plus subtil, tout en discrétion, pas sûr même que vous l’ayez déjà remarqué tant il est furtif, il se prête davantage à l’athlétisme où ont lieu pas mal de choses au même moment : avec. Tendez l’oreille, plus personne ne prononce une phrase (encore que les « phrases » ainsi construites présentent un nouveau défi à la grammaire) sans attaquer directement avec avec. Qu’une nouvelle tête apparaisse à l’écran et on y va de bon cœur :

Avec la Russe Xskaïa, qui…

La préposition ne reprend nullement une info précédemment évoquée, n’introduit bien sûr aucun complément d’accompagnement, permet d’éviter de se mouiller jusqu’à dire « on retrouve la Russe »Avec, champion toutes catégories de l’impuissance linguistique.

 

•  Athlé toujours, où l’adverbe littéralement s’est mis à pulluler. Plus hyperbolique tu meurs !

Version gentille :

Le public lui a littéralement donné des ailes

… et voilà l’athlète transformé en ange.

Mais combien de coureurs subitement largués sur la piste se sont vu, dans la bouche de nos spécialistes,

littéralement exploser en route !

On laisse à penser le boulot pour décoller les bouts de viande des gradins à la fin des épreuves.

•  Pour rester dans l’esprit, avez-vous remarqué comme les sportifs sont de plus en plus saignants ? Vifs, alertes, un hérisson dans le slibard, on saisit l’idée générale mais saignants ? Nos amis végétariens doivent s’en taper les cuissots devant leur poste.

•  Dans la catégorie verbes, en voilà un dont on ne se lasse jamais :

Faudra pas se rater.
La Française qui s’est complètement ratée là !

(nationalité au hasard).

Toujours faire court, d’accord, c’est le direct qui l’impose. Mais vos raccourcis, messieurs, sont presque toujours abusifs et pour tout dire foireux. Que la Française rate son geste, son saut, sa course, tout ça c’est bonnard et ça ne choque personne (surtout que c’est une nationalité au hasard). Mais encore heureux qu’elle « se [soit] ratée » dites donc, la compatriote. Elle a ainsi « [complètement] échoué en essayant de se suicider (notamment avec une arme à feu) » et c’est Robert qui le dit. Gare aux séquelles quand même.

Arrive dans la foulée sa variante logique, relevée il y a quelques jours :

Elle s’est bien réussie.

Paix à son âme.

 

•  Un petit dernier, pour le plaisir de vibrer. On le met à toutes les sauces aussi, celui-là. Y compris les fades où l’émotion du spectateur avoisine l’encéphalogramme de la grenouille. Votre serviteur en est tombé de son siège après ce zénith d’incurie linguistique :

Ah ! je suis sûr que votre cœur a vibré !…

Mais c’est le problème avec tous ces pacemakers made in China, aussi.

 

Toutes ces expressions à la khôn sont lâchées avec un tel naturel que certaines finissent par déteindre sur les téléspectateurs. Sur les forums sportifs, il n’est pas rare de commenter « une grosse action » ou de se désoler du « manque de réalisme » de ces chèvres bras cassés qui nous servent d’équipe.

Merci de votre grosse attention.