Comment doubler son salaire ?

 

En le multipliant par deux.

 

Publicités

Bête de scène

 

Quand un artiste fait le show (typiquement, Mick Jagé), c’est la « bête de scène » qu’on vient voir. Comme des bêtes curieuses ?

Mais revenons à nos moutons, moutons.

C’est plus fort que nous : on admire l’« homme de théâtre », on adule la « bête de scène » (typiquement, Mick Jagé). Son énergie brute réveille la bête qui sommeille en nous.
Mais l’expression est un poil embêtante. Censée valoriser le type qui en fait des tonnes, elle le rabaisse en réalité au rang d’animal. De fait, meugler des Sadusfaction ad hoc requiert de laisser son intellect en coulisse.

Or,

elle assure comme une bête ;
c’est une bête en maths.

Vous en conviendrez, aucune bête en maths n’est bête en maths, c’est même tout le contraire. Pour s’en convaincre, il suffit de traiter votre équationneux de « gros bêta » : il vous snobera en moins de √4.

Tout juste si on ne prête pas aux bêtes ci-dessus des pouvoirs surnaturels. Mais songez aux bêtes de somme et aux bêtes de trait qui circulaient encore il y a une paire de siècles. Notre « bête de scène » boxe-t-elle dans la même catégorie ? Ah no no no.

 

Hey hey hey, à propos, rien n’empêche d’applaudir une « bête de ring ». Ou « d’amphi » (un conférencier émérite). Sans oublier le vétérinaire du quartier qui est la « bête des bêtes ».
Quant à la « bête de sexe » (typiquement, Mick Jagé, si l’on en croit la légende), rien ne le distingue de l’authentique bonobo.

C’est assez dire notre rapport trouble à l’animalité : inférieure ou supérieure ? Notez qu’on préfère s’exclure du lot.

 

Même mélange d’admiration/répulsion pour l’« animal politique » dont la ruse, l’instinct et l’épaisseur du cuir garantissent la longévité. Et pour peu que l’animal soit un tribun, c’est aussi une « bête de scène ».
On devrait donc pouvoir dire indifféremment « animal de scène » et « bête politique ». Mais ce serait chercher la petite bête.

Merci de votre attention.

 

Coordonnées

 

Faites bien gaffe à qui vous laissez vos coordonnées. D’aucuns seraient capables de vous retrouver.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Naguère latitude et longitude, qu’entend-on de nos jours par coordonnées ? Numéro de téléphone, adresse postale et, depuis la fin du siècle dernier (notez, futurs historiens), électronique. Depuis qu’on envoie des courriels par-delà les océans, plus personne n’a le pied marin.

 

Avec un sextant, pas le choix : on n’obtient un point sur la carte qu’en recoupant deux coordonnées. Dans un répertoire, le terme se galvaude à la vitesse d’un drone au galop. Une seule coordonnée suffit à vous mettre le grappin dessus.

Car co-, quoiqu’il aille avec tout, n’est pas là pour la déco. Un bateau perdu en mer qui n’indiquerait que sa position longitudinale ne risque pas de revoir sa Normandie. Les secours y réfléchiraient à deux fois avant d’embarquer pour un tour du monde.

 

Définition du cours de maths, parce qu’on n’y coupera pas :

distance à l’origine de la projection d’un point sur des axes de référence.

L’abscisse et l’ordonnée, pour ne pas les nommer. Pourquoi la première vit-elle sous le patriarcat de l’autre ? Le couple aurait très bien pu s’appeler coabscisses, si toutefois ç’avait été facile à écrire.

 

Mais alors, que mettre en abscisse ? L’adresse ? Et en ordonnée ? Ça ne tient pas. Encore une fois, on peut vous localiser par n’importe quel moyen. Contrairement au téléphone fixe qui vous assignait à résidence (z’allez de révélation en révélation, futurs historiens), le portable vous accompagne hors de vos pénates. On n’est plus chez soi.

Quant aux « coordonnées bancaires », elles ne sont qu’une série de codes chiffrés. Nada qui ressemble à un quelconque croisement sur nos deux axes chéris.

 

Comment Maître dico justifie-t-il ce piratage de coordonnées ?

Par extension et familier.

Sauf son respect, il rame un peu sur ce coup-là.

Merci de votre attention.

Economie de l’écho

 

Un tic nous bousille les esgourdes au point qu’on n’écoute plus le reste : la répétition du sujet avant l’attribut. Dit comme ça, personne ne tilte. Pourtant le phénomène est un phénomène courant.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Vous remettez ?

Marche avec tout et n’importe quoi :

Une loi qui soit une loi respectueuse de l’environnement ;
C’est une décision qui n’est pas une décision à prendre à la légère.

Plus subtil :

Cette nouvelle est une bonne nouvelle ;
La mesure est simplement, je dirais, une mesure de bon sens.

Si les exemples ci-dessus vous titillent le gène zigouilleur, bienvenue au club des trucidateurs de perroquets. Qui est un club qui reste relativement fermé.

 

Faut dire que la tâche est rude. Entendu l’autre jour dans le poste :

Ces corps sont des corps qui sont des corps…

Record à battre. A mi-chemin entre le surplace et la série de poupées russes de taille identique. Du grand art.

 

Ne pas cracher sa Valda son épithète permet au locuteur de se donner de l’air. Ou des airs, du point de vue de l’interlocuteur. Parce qu’on n’est pas plus avancé, pendant ce temps.

Pire, la répétition est à ce point contiguë qu’elle confine au déni de sens, fléau de cette rogntûdjû d’époque.

 

Inspirons-nous des matheux, toujours prompts à réduire leur équation au plus petit dénominateur commun. Pourquoi se priver de ce plaisir vengeur dans la grammaire de tous les jours ?

Une loi qui soit une loi respectueuse de l’environnement ;
C’est une Cette décision qui n’est pas une décision à prendre à la légère.

Ce serait sinon une bonne nouvelle, du moins une mesure de bon sens.

Merci de votre attention.

 

Comment se ranger par deux dans une classe à nombre impair ?

 

Sitôt la récré finie, la maîcresse vous enjoint à vous mettre en rang deux par deux. Or, tous les préaux abritant des effectifs impairs, la manœuvre est vouée à l’échec une fois sur deux.
Passons sur le malentendu dans le cas où vous vous appelleriez Depardieu et où vous prendriez toute la place hein quoi qu’est-ce qu’y a.

Ne pas faire de vagues, vous ne demandez pas mieux, à condition que les maths y mettent du leur.
Discipliné, d’accord. Bête, non.

Comment faire comprendre que vous n’êtes pas moins sociable que les autres ? Et que vous ne méritez ni d’être mis(e) à l’index ni de devenir l’objet de la vindicte ? Encore plus cruel que les chaises musicales, comme situation.

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en mouton noir civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Exigez du rectorat que tous les effectifs soient pairs. Ça a l’air impossible mais il suffit de faire passer un élève d’une classe impaire dans une autre pour obtenir deux classes paires (et bien rangées).

 

♦  Faites un roulement. Vous donnerez la main à un voisin différent chaque fois, ce qui vous ouvrira des perspectives quant à vos futures conquêtes.

 

♦  Pour la maîcresse, cette histoire de rang est moins une manière de mesurer son autorité que de recompter ses ouailles. Vous lui faciliterez la tâche en rompant ostensiblement la symétrie, signe que le compte est bon. Attention, ruse improductive si tous vos petits camarades en font autant.

 

♦  Epatez tout le monde avec votre science des divisions. Si la classe compte 27 éléments, rangez-vous par 2,076923076923077 par 2,076923076923077 ou 1,928571428571429 par 1,928571428571429.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.