Comment clamser moins cher ?

 

L’homme est un omnivore. Qui ingurgite par conséquent tout ce qui passe. Quand ce n’est pas par l’œsophage, les voies respiratoires prennent le relais. Vous-même à vos heures perdues sniffiez naguère votre pot de colle quand vous ne goûtiez pas en secret les gaz d’un autobus plus très frais.

 

Actuellement, il semble que la cigarette virtuelle fasse un tabac. Pourvu que le cancer, lui, ne le soit pas.

C’est vrai, quel intérêt de cloper sans danger ? L’extinction des puits de pétrole compromet déjà la possibilité de vous tuer en toute tranquillité pendant que le cours du baril s’envole. Autant vous tourner vers d’autres fumées, moins coûteuses à défaut d’être moins nocives.

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en suicidaire civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Faites la paix avec vos voisins en fumant le calumet lui-même.

 

♦  Fumez du pissenlit. Par la racine, ce qui vous préparera le terrain.

 

♦  Ne sombrez pas dans l’illégalité prévisible et les paradis justement nommés artificiels. Rien ne vous interdit de fumer les vapeurs du barbecue, qui aiguiseront tous vos sens et vous crameront les bronches aussi sûrement qu’une cartouche de goldos.

 

♦  Après la Noël, recyclez intelligemment les épines de votre sapin ainsi que le sable qui le maintenait en en bourrant votre narguilé tout neuf. Décès garanti dans l’année (finissante).

 

♦  Inhalez vos propres pets, via un tuyau directement relié au séant. Non seulement vous les supportez très bien mais c’est entièrement gratuit, 100% naturel et les parfums sont variables à l’infini.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment ne pas léser Noël à Noël ?

 

Pour changer, pensons un peu à Noël. Le seul, l’unique, le vrai, cet ami proche auquel ses parents n’ont pas fait de cadeau en l’appelant comme ça ah non alors.

Vous rendez-vous compte qu’au milieu de cette dégoulinade de gentillesse, de cette frénésie illuminée, un être souffre en silence ?

 

Parce que le jour J, c’est plus la Noël que l’on célèbre que le saint du même nom. Virage de cuti ajoutant encore à l’humiliation, sans compter les jeux de mots douteux.

Pour couronner le tout, l’oiseau a trouvé le moyen de naître un 25 décembre. Autant dire qu’on ne lui chante jamais « happy birthday to you », à lui, trop occupé qu’on est à entonner l’avènement de l’autre. D’ailleurs, sur la bûche déjà surchargée, impossible de faire tenir la moindre bougie.

Quant à la distribution de paquets, pardon. Non seulement vous n’offrez pas plus de cadeaux à Noël à Noël, mais Noël est tenu de vous en souhaiter un joyeux alors que c’est sa fête et son anniversaire.

Et ainsi chaque année depuis toujours. Pas étonnant qu’il ait les boules, Noël. L’injustice n’a que trop duré.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en pote civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Pour mettre fin à son calvaire, trouvez-lui un autre blase. Privilégiez les noms peu usités du calendrier : Thècle, Zéphyrin, Crépin, Assomption… Vous pouvez être sûr que tout le monde se souviendra de sa fête.

 

♦  Décalez la bamboula d’une semaine en priant pour qu’il vous reste assez d’entrain le premier de l’an.

 

♦  Proposez à Noël d’adopter la nationalité anglaise ou allemande. Ainsi, impossible de le confondre avec Weihnacht ou Christmas.

25-decembre-2

♦  Si ça peut consoler votre ami, rappelez-lui que le père Noël répand lui aussi le bonheur autour de lui en ne demandant rien en retour. Pire, on n’est même pas sûr qu’il existe.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Prénom non

 

Plus on aime quelqu’un, plus on incline à l’appeler par son petit nom, à savoir son prénom. Voilà encore une idée reçue qui mérite d’être balayée avec force boââh.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

On a déjà évoqué nos rapports tendres avec les tyrans lointains. A l’inverse, nous désignons les ceusses dignes d’admiration comme un caporal-chef ses troufions.

Les peintres illustrent comme personne ce paradoxe. Kandinsky, Watteau, Turner, Picasso, Soutine, les deux gars Manet et Monet (toujours confondus, c’est malin)…
La postérité ne retient du maître que son patronyme, qui déteint sur ses œuvres : un Rembrandt, un Boticelli. S’il y a des exceptions (Léonard, Vinci n’étant que le nom du bled), elles confirment la règle : qui se souvient du prénom de Vermeer ?

D’ailleurs Van Gogh signait Vincent. Résultat, il a fini avec un tournesol au plafond.

 

En sport, idem. Quand les joueurs se distribuent le ballon, le commentaire ne cite jamais leur prénom, par lequel pourtant tout le monde se hèle sur le terrain. S’il y a des exceptions (Zizou, qui n’en fait qu’à sa tête), elles confirment la règle : aucun footeux ne se souvient du prénom de Vermeer.

Imaginez que vous soyez sur la pelouse. Ne vous paraîtrait-ce pas étrange qu’on omette la moitié de votre état civil ?

 

Et n’allez pas croire que toutes les têtes connues soient à la même enseigne. Ou on adore Johnny, ou on déteste Hallyday (ce qui ne se dit pas).
En journalisme, la règle est simple : Jacques Chirac, neutralité oblige. Retirez une moitié de blase pour que la familiarité s’impose comme la lumière dans la pièce.

 

Enfin, pensons aux proches et aux descendants (sans parler des homonymes) pour qui « se faire un prénom » est une question de vie ou de mort.
Pour une Geraldine Chaplin ou un Alexandre Dumas fils (lequel dut tuer le père deux fois, le bougre), combien de Kevin van Beethoven, de Robert Einstein, de Chantal Gandhi et de Marcel Velazquez tombés dans l’oubli ?

Merci de votre attention.

 

Couard

 

Soyons honnêtes, le charme de couard est avant tout phonétique. Les synonymes sont au même tarif : veule, pleutre, pusillanime… Seules poule mouillée et couille molle échappent à cette règle. Pour qu’on ne les accable pas davantage sans doute.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Les plus observateurs relèveront que couarde est pour ainsi dire inusité. Si les filles du sexe féminin ont, de fait, moins froid aux yeux que leurs congénères, comment leur balancer des [kwaʁd] à tire-larigot ? Heureusement, il nous reste [kwaʁdiz].

 

En parlant de ça, vous doutiez-vous que couard cachait une histoire de queue ? ‘Tention, c’est pas ce que vous croyez.

Coue, cüe et cöe, versions d’essai de notre queue, ont poussé sur le latin coda, bien connue des musicos pour indiquer la fin d’un morceau, variante de cauda, bien connue des pêcheurs et poissonniers manipulant la nageoire caudale de la bête.

Un suffixe péjoratif pour emballer le tout et en voilà un « qui porte la queue basse », signe de soumission s’il en est.

Les premiers dicos l’écrivent d’ailleurs quouard tout en mentionnant qu’

on escrit coüard.

Faudrait savoir. Quels couards, ces zacadémiciens.

Coi c’il en soit, le petit chéri s’exporte bien : les Espagnols ont leur cobarde quand les Anglais y vont de leur coward. Se faisant d’autant moins prier que queue existe aussi chez eux, si elle est leu leu.

 

En cherchant bien dans le registre littéraire, on peut aussi dénicher couardement et couarder. Puisque tout est permis, proposons dans la même veine couarderaie, couardissimo, quetzalcouard et recouard (couard devenu courageux avant de replonger).
Couard est si lâche qu’on peut le triturer sans crainte.

Merci de votre attention.

 

Ongle

 

Au même titre que la vaisselle, la Noël ou toute autre peine incompressible, se couper les ongles est un rite rebutant et chronophage sans lequel il n’est pourtant pas de vie sociale possible. D’ailleurs la faune sauvage ne se coupe jamais les griffes. Pas plus qu’elle ne se fait de cadeaux. Quant au concept d’évier, il lui est quasiment étranger. De quoi être sérieusement tenté par la réincarnation, sauf à finir en renne – mammifère tout ce qu’il y a de plus ongulé du reste.

Mais revenons à nos mammifères tout ce qu’il y a de plus ongulé, mammifères tout ce qu’il y a de plus ongulé.

Ongle désigne la partie cornée des doigts et des orteils dès 1130 :

al ungle del petit dei.

(‘T-y pas charmant ?)

On se ronge les ungles depuis au moins 1370. A défaut, c’est vrai, de pouvoir ronger autre chose (son frein, éventuellement ; un minimum de deux roues est alors exigé).

Et pas la peine de vous moquer des Zanglais avec leur nail tout pas beau : c’est le même mot que notre ongle.
Just watch.
En ancien angliche, ongle est incarné par negel, nægl. Idem en proto-teuton (naglaz), en vieux frison (neil), en vieux nordique (nagl), en vieux saxon et en hollandais (nagel), ainsi qu’en jeune allemand (Nagel). Le sort s’acharne.
Oublions surtout pas le grec onyx (d’où le nom de la blanche pierre précieuse). Ni le latin populaire ungula (« serre, griffe, sabot, ongle »), dérivé du plus classique unguis.
Ni, une fois de plus, la corne d’abondance indo-européenne à laquelle il faut puiser : on jurerait (o)nogh tout droit sorti de la bouche d’un gonze préhistorique se contemplant le bout de la phalange.
A ne pas confondre avec (zog)zogh : le bout de la quéquette.

 

Et pas la peine de vous moquer des pauvres bougres avec leur panaris tout pas beau : c’est le même mot que notre ongle.
‘Agadez.
A la vue de leur propre panus (« tumeur »), les Latins un chouïa dyslexiques ont déformé l’hellénisant paronychium (littéralement « à côté de l’onyx »).
(’T-y pas charmant ?)

Ajoutons que sans ongles, pas moyen de se gratter correctement, ni d’enlever cette khônnasse d’étiquette.

 

Les filles du sexe féminin, ne gâchez point vos économies au bar à ongles du coin, voire au nail-bar à ongles (pour les cas les plus desperate). C’est pas vos ongles que vos khôngénères regardent.

Merci de votre attention.