Les impératifs techniques

 

Sans vouloir vous commander, à quoi bon employer l’impératif avec des verbes sur lesquels on n’a pas prise (mériter, décider, mourir, avoir prise…) ?

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Pour les verbes d’action, pas de lézard :

Va chercher,

et le clebs s’exécute.

Cette loi d’airain s’applique à tous. A l’exception notable du papy sur la route, sur lequel

aaavaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaance,
mais rrrouuuuuuuuuuuuuuuule !

n’auront hélas aucune portée.

 

Mais c’est avec les verbes d’état que notre libre arbitre montre réellement ses limites.

Soyez pas khôn

n’est qu’un cri d’impuissance. Certainement pas une injonction suivie d’effets.

Dans un tout autre genre, il ne suffit pas de décréter :

bronzons

pour que le miracle ait lieu. En coulisse, c’est la mélanine qui se tape tout le boulot.

De même, ne dites pas :

pullulez

à un groupe d’insectes, notamment à dard.

Dormir ? Si les conditions sont réunies, pas besoin de se faire prier. Mais quand on n’est pas fatigué ? L’hypnotiseur insiste bien :

Dormez, je le veux.

Et n’intimez l’ordre de ronfler ni pendant le sommeil (on ne vous écoutera pas) ni avant ou après (vous n’obtiendrez qu’une pathétique imitation).

Quant à

oublie,

vous pouvez oublier. Même en vidant la mémoire en cache de votre cerveau, un souvenir laisse toujours des traces.

 

Puisqu’elle n’a pas de raison d’être, considérons comme inusitée la conjugaison à l’impératif des verbes d’état. Allez, soyons fous.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Comment décongeler en quatrième vitesse ?

 

Il y a du pourléchage dans l’air : vous avez prévu de mitonner un de vos plats favoris, celui pour lequel vous aviez repéré les victuailles idoines, dûment congelées pour l’occasion.

« Prévu » jusqu’à un certain point. Car la veille au soir, comme un khôn, vous omîtes de décongeler l’ingrédient de base. Résultat : vous vous retrouvez le jour J à court de bonne chère comestible – et de gros mots à votre propre encontre. Devant la porte ouverte du congélo, le sens de l’expression « s’en vouloir » vous apparaît soudain avec une vigueur redoublée.

Pour sauver les meubles, il conviendrait d’accélérer drastiquement le processus de décongélation. Mais tout choc thermique serait fatal à votre plat.
Et pas question de tout bazarder aux ordures, le gâchis ne serait rien comparé aux fuites.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en décongélateur civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Aux grands maux, les grands remèdes : produits frais du jour. Comment faisait-on avant Thomson et Marie Curie, mm ?

 

♦  Réchauffez le tout sous les bras ou dans l’entrejambe, en prenant soin d’enfiler une combinaison pour éviter les engelures.

 

♦  Soufflez dessus à plusieurs, en retournant régulièrement.

 

♦  Puisque vous ne pouvez pas agir sur la température, compressez le temps. On peut, par pure convention, voler une heure à tout le monde deux fois par an. Rien ne vous empêche d’en faire autant, a fortiori dans l’enceinte de la cuisine où vous ne dérangez personne.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Les moyens mnémotechniques

 

Du fond de notre semoule, doit-on vraiment fondre de gratitude envers celui qui, pour vous en extirper, vous donne un moyen mnémotechnique ? Qu’il n’hésite pas à qualifier de « bon » une fois sur deux, comme s’il vous servait la panacée sur un plateau.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Ça ne veut pas rentrer. Qu’à cela ne tienne : un moyen mnémotechnique vous tirera d’affaire aussi sûr que deux et deux font cinq.
Voyez comme le moyen en question se hausse du col, puisqu’il ne se dit pas « mémotechnique » mnais « mnémo- ». Comme dans amnésie, ce qui est un très bon moyen mnémotechnique.

 

Trêve de billevesées. Quand on croit retenir quelque chose grâce à une astuce, on ne retient en réalité que l’astuce.

Car où s’arrête la mnémotechnie ? Personne ne confond la gauche et la droite, quoi qu’on en dise. Du jour où vous les avez conceptualisées, c’est devenu un réflexe. Aucun moyen mnémotechnique ne peut se substituer à ces sensations-là.

C’est le cœur du problème, d’ailleurs. Soit c’est intégré à vie, soit il faut en passer par des voies détournées. Quel constat d’échec !

 

Pour la stalactite et la stalagmite, c’est moins grave. Hormis les spéléos, qui peut se targuer de les distinguer sans moyen mnémotechnique ? Notez que celui-ci vous permettra de briller en société à double titre : non seulement vous étalerez votre science mais, ce faisant, vous dévoilerez le truc à vos hôtes subjugués (tite avec un t comme tomber, mite avec un m comme monter).

 

Et que dire du savoir universel qui tient dans la poche (sur mode vibreur, au cas où vous ne l’auriez pas reconnu) ? Un nom sur le bout de la langue ? Deux-trois mots-clés vous délivreront d’une réflexion qui, il y a encore quelques berges, aurait duré des plombes. Et vous aurait, mousse aux lèvres et frustration au dernier degré, rendu fou.

Ne vous raclez plus la soupière, tapotez. A défaut de culture générale, vous aurez au moins sauvé la face jusqu’au prochain trou de mémoire.

Merci de votre attention.

« Piqûre de rappel »

 

Seule expression de toute la langue à base de piqûre, figurez-vous. « Piqûre de moustique » n’a pas de sens figuré. Elle ne prête donc pas à rire. Pas plus que « piqûre d’abeille » qui n’a pas de sens du tout, car cette fière héroïne pollinisatrice se pique de ne pas piquer l’homme. « Piqûre d’héroïne » relève donc de la poudre aux yeux.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

« Piqûre de rappel » constitue en sus une excellente « piqûre de rappel » concernant l’orthographe de piqûre. Seul mot de toute la langue avec un u portant chapeau après q, figurez-vous. C’est pourquoi la variante « picouze de rappel » n’offre pas grand intérêt.

 

« Piqûre de rappel » est une mise en abyme top fraîcheur. C’est là son seul mérite.

Car celle-ci occasionne une gêne persistante. Est-ce à dire qu’on y injecte du « rappel » ? Ne serait-ce pas plutôt la « piqûre » elle-même qui servirait à « rappeler » quelque chose ? Ce serait une révolution dans le monde de la piqûre. Qui, jusque-là, se contentait de soigner (si c’est une infirmière) ou de pomper le sang (si c’est un moustique femelle on n’y peut rien c’est la nature, filles du sexe féminin).

 

Et depuis quand un « rappel » s’inocule-t-il en intraveineuse ?

Ah pis alors, rien à voir avec le « rappel » du vaccin. Auquel cas c’est le vacciné qu’on « rappelle » lorsque les premières piqûres cessent de faire effet. D’ailleurs, si le « rappel » vaccinait contre l’oubli, il devrait exister des rappels de « rappel ». Or, on n’en voit jamais la couleur. Tout juste de nouvelles « piqûres de rappel », de plus en plus humiliantes.

 

En apparence anodine, une « piqûre de rappel » peut, on le voit, entraîner un état de grande confusion. Mieux vaut donc l’éviter.

 

La semaine prochaine, nous procéderons à l’examen de « délai de rigueur ».

Merci de votre attention.

 

Squeezer

 

Il arrive qu’en s’écoutant parler, l’hurluberlu de service ponctue ses phrases, l’air de rien, du verbe « squeezer ». Il faut l’entendre soit au sens de « dominer » et en poussant un peu, de « réduire à néant » :

Paris Hilton s’est fait squeezer son héritage,

soit comme synonyme de « zapper », lui-même équivalent d’« oublier » :

Je l’avais déjà squeezée, celle-là !

Tour de force sémantique à faire pâlir les pires xyloglottes.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Car squeezer ne s’emploie qu’au bridge, au départ. Rentrons pas dans les règles du jeu, obscurissimes pour le commun des mortels pis on n’était pas venu pour ça. Mettons-nous juste bien dans la soupière que squeezer revient à presser son vis-à-vis comme un citron en le poussant à la faute. Bon perdant, celui-ci viendra néanmoins vous serrer très fort à la fin de la partie. Sens propre, sens figuré de l’ingliche veûrbe.

Ce dernier, donc, a dévié familièrement en français vers « prendre quelqu’un au dépourvu, le coincer entre des impératifs contradictoires ». Résultat, du fait de sa sonorité rigolote rappelant vaguement son cousin switcher tout aussi joyeux (et intempestif), nous squeezons et nous faisons squeezer à bouche que veux-tu.

 

Notez que

squeeze !

est exactement le bruit produit par la pression d’un citron.

Incroyable comme vocable et phonétique sont parfois cul et chemise.

A propos, tiens :

chiure !

étron !

Incroyable.

De même,

stba ! *

est une onomatopée propre à la BD qui s’orthographie s-t-b-a et se prononce « steubaaaah ». Elle correspond généralement à un low-kick dans les parties ou un ramponneau dans les gencives. De quoi squeezer l’adversaire définitivement.
Lequel, dans le second cas, n’a plus qu’à se refaire poser un bridge.

Merci de votre attention.

 

* v. aussi bressa et brexapa :