Chemise

 

La chemise étant de mise, on suspecte que la mettre se disait « chemettre » en des temps reculés.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Chemiser en tout cas existe, tous les cuistots savent ça :

garnir d’un revêtement protecteur,

notamment les patates.

N’inversons pas les rôles, le verbe émane de chemise. De même que miser, c’est mettre une mise et que remiser, c’est mettre à la remise, par exemple ses chemises immettables.

 

En examinant les coutures de la belle, on découvre que « chemise de force » désigne parfois la camisole du même nom. Capillus → cheveu, canis → chien, caballus → cheval, caput → chef… Faut-il pas chercher de ce côté-là, latinistes ?

Bingo. Qu’est-ce qu’une camisole sinon une chemise à manches particulièrement longues ? Tout ça naquit chamisae au Xe siècle. Remémorons-nous sans rire avec émotion l’époque où l’on repassait sa chamise, où l’on tombait la chamise et autres locutions où la chamise est en vedette.
Au fait, ceux qui utilisent l’expression « mouiller la chemise » seront condamnés à en porter une mouillée jusqu’à ce que mort s’ensuive.

 

Prisée des troufions latins, camisia fut probablement piquée aux Gaulois, qui eux-mêmes la tenaient des premiers Germains. La piste semble s’arrêter à hamithjan. Aujourd’hui encore, en léchant les vitrines allemandes, ce ne sont qu’Hemden à l’horizon. D’aucuns s’aventurent jusqu’à voir dans le grand-breton heaven l’ombre de cette « couverture », par l’entremise de l’indo-européen kem-, « couvrir ». Vous pouvez lever les yeux au ciel. C’est oublier un peu vite qu’une chemise « enveloppe » comme pas deux, sens qu’elle a gardé en papeterie et en cuisine on se répète (l’alu, pour les patates).

 

La Camif (Coopérative des Adhérents à la Mutuelle des Instituteurs de France) n’a qu’un lointain rapport avec la camisia d’origine, bien qu’on y trouve des chemises et même à l’occasion des chemisiers vachement sympa.

Merci de votre attention.

 

Publicités

180°C

 

Avec un nom aussi génial, le plus dur était fait. Que l’auteur de cette trouvaille se dénonce, il aura le droit de lécher le plat à vie.

Quand on s’appelle 180°C, on a tout compris à la cuisine. Ce bel objet – on n’ose dire « revue » tant le contenu, dense, l’allure, sublime de simplicité, incitent à le garder jalousement à l’abri du graillon – paraît deux fois l’an, à raison de 180 pages l’unité (et si y’en a un peu plus, ils vous le mettent quand même).

 

Encore une feuille de chou dédiée à la boustifaille, pestez-vous. Z’avez pas fini de faire la fine bouche ? Trois repas par jour supposent de bien savoir sous quelle table on met les pieds.

180°C les met dans le plat. Au hasard des pages du dernier numéro, on découvre les règles de la cuisine « télé-crochet », édictées par Lucifer (sic). Le ton est léger comme une mousse, à des années-lumière du dénigrement de la malbouffe façon disque rayé.
Car dans 180°C, tout est juste. Et drôle, très très très drôle. Impitoyable même, dès qu’une mode devient trop abstraite pour les épicuriens que vous êtes. A côté, le présent blog fait figure de pipi de chat émulsionné à la petite bière et brisures de roupie de sansonnet.

C’est le format « mook » – ce livre-revue reléguant les autres parutions au rang de touille-salade – qui permet cette écriture non formatée, où la connivence est dans les détails (comme le diable, toujours lui).

1

Comme quoi, la cuisine, il y a ceux qui en parlent et ceux qui la font. Sous le vernis du pittoresque, en autant de pages que nécessaire, on partage ainsi la vie de permaculteurs normands. Ou d’un chef étoilé autodidacte, à l’écart des sirènes médiatiques. Quant au gâteau brioché au chocolat, c’est celui de mamie Reine et pas un autre, le cliché en fait foi.

2

La devise « des recettes et des hommes » annonce d’ailleurs la couleur (et avec elle le surtitre Reportages/Réflexion/Humeur/Recettes, dans cet ordre). Le tout frais Traité de miamologie, concocté quasiment comme un hors-série, prend même la peine de décrypter pour vous « les fondamentaux de la cuisine par le pourquoi », en croisant théorie (découper/assaisonner/cuire, la sainte trinité) et pratique la plus quotidienne (personne jusque-là n’avait cru bon d’expliquer pourquoi l’ail des patates sautées n’entre en scène qu’à la fin, rogntûdjû). Rien que pour ça, l’équipe des bienfaiteurs au grand complet mérite des poutous. Baveux bien sûr.

 

Ruez-vous les cocos, certains numéros sont déjà épuisés.

 

www.180c.fr

« En berne »

 

Parmi les expressions toutes faites méritant tarte dans la gueule figure sans conteste « en berne ». Notez que seuls les journaleux et les zéconomistes qui leur font face la prononcent. Hors plateau, au-dessus de l’évier ou d’un gratin de coquillettes, tout ce petit monde reparle normalement, sans que jamais ne lui vienne cette formule à la khôn.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Croissance en berne,
exportations en berne

voire, allons-y gaiement,

moral en berne,

la métaphore, fournie avec le Smith & Wesson, est censée décrire une stagnation. Elle se veut plus soutenue qu’« en panne » ou « au point mort », autres « trouvailles » tirées du lexique médiatique (sans limites) de la montée et de la descente.

 

Berné par ces occurrences au figuré, on en perdrait presque de vue l’analogie avec ce bon vieux drapeau en berne, hissé à mi-hauteur en signe de deuil (mais pas replié, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ‘tention).
L’heure du recueillement a sonné : croissance, exportations et patate ne reviendront plus.
A l’énoncé d’« en berne », l’abattement est instantané. Pire, on n’en voit pas la fin. Imaginez un innocent en cellule attendant la révision de son procès ou une bistouquette rabougrie dans l’espoir d’un prochain garde-à-vous. L’effet est aussi désastreux.

 

Si les déclinologues de tout poil ne parviennent pas à entamer votre optimisme à coups de « banqueroute » ou d’« Etat en faillite », « en berne » rappellera à qui veut l’entendre qu’il n’y a pas de quoi pavoiser.

Merci de votre attention.

 

Ersatz

 

Ersatz : « produit de remplacement, employé à défaut du produit normalement ou traditionnellement employé. Synon. : succédané ». Notez bien qu’on rechigne à utiliser ce dernier dans notre conversation usuelle, en dépit de sa beauté ténébreuse. De là à dire que succédané serait un ersatz d’ersatz

Mais revenons à nos moutons, moutons.

L’ersatz auquel on pense le plus souvent est sans doute le « produit alimentaire qui en remplace un autre, devenu rare » : pour dire les choses crûment, le topinambour en lieu et place de la patate lors de la dernière guerre. D’ailleurs, ironie du sort, c’est aux Fridolins Allemands qu’on doit Ersatz, formé sur ersetzen, « remplacer ».
Une fois le préfixe détaché selon les pointillés, qu’obtient-on ? Le radical setzen, « placer, poser », à rapprocher de nos seoir et asseoir ainsi que de l’anglais to sit et to settle.

Le tout hérité comme il se doit du latin sedere, « être assis, se tenir » (comme dans sédentaire, sédatif), issu lui-même de l’indo-européen commun sed- (même sens). Sédingue, non ?

 

Passé dans notre langue, ersatz évite donc d’avoir à prononcer « solution de remplacement ». C’est dire si son charme gothique nous ensorcelle.

Au palais de justice pourtant, j’en connais qui tireraient une drôle de tronche si on les appelait

Monsieur l’ersatz

plutôt que

Monsieur le substitut.

Merci de votre attention.

 

Régressif revisité

 

Amis cocineros qui dégueulassez votre tablier à longueur de week-end, n’en avez-vous pas ras la toque du régressif à toutes les sauces ? Cet intempestif supplément de « complicité » serait cap’ de gâcher tout un art, convivial par excellence, comme la pire Chantilly.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Deux commentaires au hasard à propos d’une purée maison (ail, crème, ciboulette et huile d’olive, le crime parfait) :

Moi aussi j’adore la purée, tellement régressif !

et

Ce genre de plat pour moi, c’est juste de la bonne vieille régression qui me rappelle le potager de ma marraine…

Si le mot rime à ce point avec sustentation, c’est déjà une histoire de sonorité. Dans régression, je dis graisse, alias transgression au rite quotidien des cinq fruits et légumes… d’autant plus inoffensive que pas assumée : c’est la purée qui est régressive !
Ou comment l’objet dédouane le sujet.
Dans la même veine, vers quelle époque a-t-on commencé à qualifier un yaourt de gourmand ?
Quand les jéroboams auront une bonne descente, oubliez pas de prévenir bibi.

Je digresse.

Régressif jette donc essentiellement son dévolu sur la patate. Aux gniards seuls, les frites et le rudimentaire jambon-purée ? Négatif, puisque toute la Terre en raffole à tout âge, non par plaisir coupable ou régressif mais parce qu’à l’évidence c’est bon, ces merdes. Seriez pas en train de confondre régression et simplicité, des fois ? Vous faites pas avoir, hein ! Et tiens, en quoi la Nutella ferait-elle davantage retomber en enfance que la confiture, tout aussi transgénérationnelle ?

Chers contemporains, va falloir cracher le morceau. Où placez-vous exactement le curseur de la régression ? Parce que le jour où des toqués se mettront à revisiter (autre tarte à la crème de la littérature culinaire) la barbe à papa et les Blédina, ça va se tarir sévère question vocabulaire.

 

Entendons-nous, point de tout-régressif au menu du jour. Laissons les soirées Chantal Goya, à quelque degré qu’il faille les prendre, aux sociologues et « experts en expertise » comme dit Alévêque. Qu’un cafardeux croie retrouver le paradis perdu à coups de caramels allongés ou de pâte à tartiner, là encore, libre à lui.

Ma caramba ! le vengeur masqué se doit d’intervenir quand la langue, de bouche en palais régressif, régresse.

Merci de votre attention.