Volaille

 

Ensemble des volatiles de basse-cour élevés pour leurs œufs et leur chair.

Autrement dit, la volaille ne peut pas voler. Un comble. De là à dire qu’elle ne l’a pas volé, il n’y a qu’un nugget.

Mais revenons à nos couvées, moutons.

C’est vrai quoi. Poularde de Bresse, poulet jaune des Landes, dinde ou chapon de Nawel pour ne pas dire gallus gallus domesticus ont tous un point commun : l’inintérêt de leurs ailes, qui n’a d’égal que la succulence de leurs sot-l’y-laisse.

Car comme le sieur Elmaleh l’a mis en lumière :

Ah petit oiseau, si tu n’as pas d’ailes
Ah tu peux pas voleeeeer.

 

La définition ci-dessus n’a pas toujours été aussi stricte.

Ainsi, la volaille de 1317 désigne encore l’« ensemble des oiseaux ». Evidemment, dans ces conditions, on en trouvera toujours un ou deux pour s’envoler à l’approche d’un prédateur. Par ailleurs, à l’époque, volille, volleille ou vollaille se disent aussi selon l’humeur. Volatils, les aînés.

Deux siècles et demi s’écoulent avant que volaille ne revoie ses ambitions à la baisse : « ensemble des oiseaux qu’on nourrit dans une basse-cour ». Et encore autant avant de pouvoir apprécier la « viande d’un de ces animaux ».

Début XIXe, ça commence à caqueter au figuré : « femme de mauvaise vie », vite supplantée par poule – ce qui n’est guère plus aimable. Sans oublier l’officier de « police » de 1900, vite supplanté par poulet – ce qui ne le rend guère plus aimable.

 

Remake du bas latin volatilia – ça ne vole pas toujours très haut –, tiré de l’adjectif volatilis qui n’appelle pas de traduc, volaille doit tout à volare, formé sur l’indo-européen uel- qui « tourne » dans toutes les langues, de volvo (même sens) à velox (« rapide ») en passant par les deux wheels du vélo.

 

Quant à savoir pourquoi voler signifie à la fois voler et voler, demandez-le aux fauconniers qui dressent leur vilaine bête à piquer le goûter des autres. En volant plus vite que tout le monde, ce qui explique la rareté du faucon à la broche.
Mériteraient d’avoir les officiers de police au croupion.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Genre

 

Le piéton rapportant des propos piaillera :

et là y m’fait, genre 

A ne surtout pas reproduire chez soi.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Si les virgules jouent les escort-girls avec genre, c’est pour rendre compte de la teneur de la conversation, qu’il n’est pas utile de citer au mot près. Genre équivaut alors à « disons », ou « à peu près » :

il était, genre, là et moi là.

 

Or, jusqu’à une époque récente, genre ne sortait que précédé d’un article et suivi d’un nom :

un genre d’orchidée.

Locution ne désignant nullement une sous-espèce d’orchidée mais une autre fleur au blase inconnu.

A l’oral, on a viré tout le barda pour ne garder que la notion d’approximation. Avant d’entrer de plain-pied dans le sournois, puisqu’on entend désormais genre au sens de « comme si » :

et là y m’fait, genre, j’te kiffe.

Au point d’en faire une exclamation à part entière :

Genre !

pour bien montrer qu’on n’est pas dupe.

Autant dire que

à d’autres,
vachement !

et autres

et mon cul, c’est du poulet ?

n’ont plus qu’à remballer les gaules.

 

Ultime étape, genre ne sert plus que de ponctuation, remplaçant deux points et les guillemets :

et là y m’fait, genre, genre !

 

Pour se donner un genre, tout est bon.

Merci de votre attention.

 

Comment ne pas éveiller les soupçons lorsque tout vous accuse ?

 

Vous qui passiez par là à l’heure du crime, il se trouve que non seulement vous avez un mobile mais que votre alibi tient debout comme une saucisse encore vivante.
N’y allons pas par quatre chemins : les apparences sont contre vous.

L’affaire est mal embarquée. Vous aurez beau crier au coup monté et à l’erreur judiciaire, il ne se passera pas trois minutes avant que la volaille assermentée ne vous fasse circonstancier vos aveux, car c’est comme ça qu’on dit.

fbi-lisa

Néanmoins, en soulignant certains détails troublants, vous devriez pouvoir convaincre les enquêteurs qu’ils font fausse route. Ils enverront alors au casse-pipes un pauvre bougre en cravate chargé d’expliquer qu’à cette heure, aucune piste n’est privilégiée, car c’est comme ça qu’on dit lorsqu’on pédale dans la semoule.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en accusé civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Lancez-vous dans la politique. Habitué à nier l’évidence, vous pourrez bénéficier non pas de la présomption d’innocence comme tous vos électeurs concitoyens mais de l’immunité absolue due à votre rang.

 

♦  N’ayez pas la gueule de l’emploi : contentez-vous d’être vous-même. Vos voisins dodelineront d’incompréhension en vous décrivant comme quelqu’un sans histoires.

 

♦  Plus onéreux, la greffe d’ADN éloignera les soupçons (prélevé sur quelqu’un que vous n’aimez pas, de préférence).

 

♦  Vous n’avez rien à vous reprocher, peut-être, mais les autres ? Evitez les catégories bouc émissaire du type noir/jaune/rouge/blanc/vert/juif/arabe/pro/anti/grand/petit/
gros/mince/homo/hétéro/bi/[compléter].

 

♦  Quoi qu’il en coûte, ne bossez plus votre revers avec les mouches du salon. Vous aurez la réputation de « ne pas faire de mal à une mouche » et personne n’ira vous chercher des poux sur la tête.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment neutraliser celui qui beugle à 2h37 ?

 

Il y a des fous sympathiques. Pas lui.

Personne ne beugle à 2h37 du matin sous les fenêtres, même à lui, ça n’a pas dû échapper. Contre toute loi physiologique (sans parler de bienséance), il s’en est pourtant fait une spécialité. Histoire de sortir du lot, sans doute.

Ses borborygmes retentissent donc dans la nuit à intervalles réguliers. Et de rue en rue, ce qui, vu le temps d’enfilage d’une robe de chambre et de vos savates, rend très difficile l’admonestation de vive voix.

 

Au-delà du fait que la case qui lui manque est pleine à ras bord de piquette, l’homme est très malheureux. Mais aussi – et surtout – très khôn. Il conviendra d’abréger ses souffrances sans angélisme ni apitoiements excessifs.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en ouvreur d’œil civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  L’individu, semble-t-il, ne dort jamais. N’allez pas lui faire remarquer que vous ne demandez que ça : il n’en voit pas l’utilité. Disposez plutôt des pièges à khôns dans tout le quartier, c’est pas ça qui manque.

 

♦  Criez plus fort que lui. Attention, même avec de l’entraînement, vous n’y arriverez pas seul(e). Installez sur toute l’habitation un système de haut-parleurs qui diffuseront vos « taaa gueuuuuuuule » jusqu’à la banlieue de Jupiter.

nuit2

♦  Travailler de nuit juste pour éviter son manège ? Le bougre a tout prévu et vous suivra à la trace, car les boulets ne meurent jamais. Décalez plutôt vos horaires pour ne vous coucher qu’à 2h38, une fois le dernier beuglement éteint.

 

♦  L’écriteau « attention, chien méchant » n’aura qu’une portée limitée. La terreur nocturne ne se gratte déjà pas pour vous, il n’aura aucun scrupule à réveiller un clébard, montrerait-il les dents. Agitez plutôt la menace d’autres prédateurs : « attention, gorille mangeur d’hommes » ou « attention, poulet en faction ».

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

« Du lard ou du cochon »

 

Désarmé face à un interlocuteur pince-sans-rire, on a tôt fait de se demander « si c’est du lard ou du cochon ». Certains iront puiser dans le contexte ou chercher l’avis d’un tiers, pour mieux lever l’ambiguïté du propos. Ambigu, dites-vous ? Et si nous zieutions l’expression elle-même ?

Mais revenons à nos lardons, cochons.

Ecarquillement, révélation et décontenance : le lard, c’est toujours du cochon, dites donc. Hof oui, au hasard d’une boucherie hallal, kasher, d’un rayon de supermarché, vous trouverez bien des barquettes de « lardons » de volaille ou de canard, voire de saumon fumé ben voyons. Soyez sur vos gardes, c’est pour éviter d’écrire « finement émincé » (on a déjà essayé de vous faire le coup en dénaturant le tiramisù). Or, contrairement à ce qu’on a longtemps cru, le lardon n’est pas le fruit du lardonnier mais un petit bout de lard et le lard c’est dans le cochon, où tout est bon. A quand une AOC pour les lardons ?

Aussi, juger du sérieux ou non d’une assertion en n’ayant pour alternative que lard ou cochon revient à dire « pile, je gagne, face, tu perds » ; on n’est pas plus avancé. Jamais ne vous avait-ce frappé non plus, pendant toutes ces lunes ?

Au rang des absurdités alimentaires se faufile également « vouloir le beurre et l’argent du beurre ». Allez allez, où a-t-on observé qu’une motte de beurre disposait d’une fortune personnelle ? Avait des radis par-devers elle ? Voilà qui ne manquerait pas de sel. A l’inverse de sa voisine du dessus, la formule veut donc clairement dire ce qu’elle veut dire, à savoir désirer une chose parfaitement impossible.
Cholestérol toujours, la question « et mon cul, c’est du poulet ? » risque de rester longtemps en suspens. Le seul qui pourrait à bon droit la poser – le poulet – n’est pas doué de parole. Le serait-il d’ailleurs qu’il n’y aurait pas lieu de s’interroger : oui, son cul, c’est bien du poulet.
Quoique le terme croupion soit plus approprié. Le cul, c’est pour les cochons et ça ne donne pas de lardons, cette affaire.
Au moins un abus de langage que la Grosse Distribution n’osera pas se permettre.

Merci de votre attention.