Double file/triple buse

 

Se garer « en double file » est une manière élégante de ne pas dire « sur la route ». « Elégante » étant une manière élégante de ne pas dire autre chose.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Concept moutonnier s’il en est (« tout le monde le fait »), la double file n’a pas toujours existé. Il y a forcément un pionnier. Qui, un beau jour, a décidé d’arrêter sa chiotte au beau milieu du trafic, sans doute à cause d’une belle prédisposition à se croire tout seul. Doublée d’un besoin de se venger des usurpateurs déjà garés, en les empêchant éventuellement de repartir.

 

Rappelons que la double file consiste à :

  1. stationner en warning à côté du trottoir, faute de place
  2. sans aucun scrupule
  3. sans voir où est le problème.

Au risque de masquer le piéton qui traverse à l’automobiliste arrivant un peu vite, voire de se faire carrément emboutir par icelui (juste retour des choses).

Laissons aux accidentologues le soin de recenser le nombre de catas ainsi provoquées.

 

Oh mais certains font tout pour passer professionnels. Les Niçois ont notamment pour habitude de glisser leur numéro de portable sur le pare-brise afin qu’on les prévienne s’ils gênent (notez le « si »).

Au risque de se faire enguirlander par la terre entière, voire de se faire déranger a posteriori.

Ceux qui concourent pour les championnats vont jusqu’à laisser leur chiotte ouverte, comptant sur autrui pour la déplacer. Ce qui oblige le brave coincé derrière à :

  1. sortir de sa propre chiotte
  2. la laisser lui-même en double file
  3. monter dans celle du fautif et lui trouver une place
  4. revenir à pied.

Sans parler du risque de se la faire chouraver, voire pousser en descente frein à main desserré (juste retour des choses).

 

Poussons le concept jusqu’au bout. Et s’il n’y a plus de place en double file ? Garez-vous en triple file.

Merci de votre attention.

 

Publicités

Que faire quand un pigeon vous prend pour cible ?

 

Depuis que la fenêtre est fenêtre, Columba palumbus y roucoule tout son soûl. Et l’espèce n’a pas l’air de vouloir s’éteindre. Pire, elle a de moins en moins froid aux yeux.

De fait, le pigeon des villes est si accoutumé à votre présence que ses pattes marchent dans les vôtres. Le volatile ne daigne même plus s’envoler lorsqu’un gamin mal élevé (c’est-à-dire pas élevé du tout) fait mine de lui sauter dessus.

Nourri au grain par le troisième âge et par notre propre gaspillage quotidien, le ramier ne s’est jamais aussi bien porté. C’est bien simple, il ne se sent plus pisser. Ou dans son cas, déféquer.

 

Ne jouez donc pas les étonnés si une merde s’abat sur vous au prochain carrefour. Qu’il ait lieu dans une ruelle sombre ou au milieu de la foule, l’outrage exige réparation.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en risée civilisée.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Prenez l’habitude de marcher le nez en l’air. Vous détecterez tout mouvement suspect, et accessoirement, tout poteau qui se dresserait devant vous. Reste l’écueil des merdes de chien, qu’une canne d’aveugle déjouera sans difficulté. Si on vous pose des questions, répétez que no comprendo.

♦  Un chapeau à larges bords vous protègera de n’importe quel sniper et fera même un excellent récupérateur de fiente.

 

♦  Vivez à plus haute altitude que le pigeon. A chaque fois que vous vous soulagerez, ce sera à lui de vous éviter.

 

♦  Puisqu’ils sont quasiment domestiqués, apprenez aux spécimens du quartier à ne pas chier sur les gens. Ou à cibler uniquement les emmerdeurs.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

A partir de quelle distance faire de l’auto-stop ?

 

Il n’y a qu’en rase campagne que vous vous risquez à tendre le pouce. Pas étonnant que le conducteur doive vous larguer au diable vauvert. Alors qu’égoïstement, il comptait plutôt s’arrêter au prochain rond-point. Une grande majorité d’automobilistes, rappelons-le, ne prend la route que pour des trajets ridiculement courts.

Dès lors, pourquoi vous embarrasser d’un véhicule personnel, avec tous les inconvénients que cela suppose (entretien, garagiste, contrôle technique, garagiste, assurance, garagiste, faire le plein, l’amener au garage) alors que vous pourriez profiter de celui des autres gratuitement ?

En sus, rien de tel pour faire connaissance, puisqu’il est établi que votre hôte est du quartier. S’il passait jusque-là le plus clair de son temps à injurier les khônnards de devant, votre présence contribue à faire remonter le taux de courtoisie au volant.

Encore faut-il définir une longueur de trajet au poil. C’est là que ça se gâte.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en auto-stoppeur civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Soyons francs, en dessous d’1 m, ça ne vaut pas le coup. Optez pour une distance supérieure ou égale à la longueur de la voiture.

♦  80 m relèverait tout autant du foutage de gueule. Songez qu’on fait déjà l’effort de s’arrêter à votre hauteur, en prenant parfois des risques. Tablez sur 100 m, quitte à revenir sur vos pas.

 

♦  Ce qui précède n’est bien sûr valable qu’en cas de météo clémente. N’hésitez pas à monter à 110 en cas de pluie. Exigez surtout du conducteur qu’il recouvre la flaque au pied de votre portière de son gilet fluo pour vous permettre de descendre à pied sec. Après tout, c’est vous le client.

 

♦  Jouez la compassion, afin de vous faire embarquer tout de suite et déposer le plus loin possible. Si vous simulez une entorse à la cheville, veillez toutefois à tenir votre rôle jusqu’au bout. Recommencez à gambader hors du champ de vision du chauffeur. Sans quoi vous risquez de vous faire déboîter pour de bon.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Les poussettes

 

Selon une étude réalisée il y a un instant auprès du dernier parent de chérubin croisé dans la rue, pousser une poussette multiplie par 75 le taux de sans-gêne dans le sang.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Notez qu’il faut déjà une prédisposition au sans-gêne pour colporter le virus. 0 multiplié par 75 donnant toujours 0, l’engin dans les mains d’un individu normal ne causera pas de trouble à l’ordre public.

Car il n’y a pas plus incontrôlable qu’une poussette lâchée dans la foule. Si ce n’est deux poussettes lâchées dans la foule. Et malheur à qui ose se mettre en travers du chemin : il a toutes les chances de se faire ratiboiser les pompes. En tant qu’être inférieur n’ayant pas de progéniture à pousser, il n’a que ce qu’il mérite.

 

Que le pousseur ne demande pas son avis aux quidams, passe encore. Mais à l’occupant de la poussette ?
On a tendance à l’oublier : jusqu’à preuve du contraire, il y a un gniard là-dedans. Et c’est un minimum ; on ne parle pas des tanks pour jumeaux, triplés ou plus si affinités. N’est-ce pas faire particulièrement peu de cas dudit gniard que de le traîner partout tel un toutou à sa mémère ?
Si celui-ci pouvait parler (au lieu de buller dans son coin entre deux crises d’impolitesse), il commencerait certainement par déplorer l’incongruité de sa situation. De quel spectacle peut-il bien profiter à hauteur de poussette ? De paires de genoux – ou d’arrières de genoux (si quelqu’un connaît le nom de cette partie du corps, qu’il crache le morceau).

La poussette est une machine à frustrer bébé. Ou à devenir agoraphobe, chez les géniteurs les plus criminels. Si le nourrisson se sent plus tard autorisé à foncer sur les routes, faudra pas venir chouiner.

 

Fort à propos, militons pour l’instauration d’un permis poussette. Intégré au permis de pondre, pour bien faire.

Merci de votre attention.

 

Cracher

 

Ainsi qu’il est dit dans l’Evangile selon Sainte Réclame,

T’as craché dans ton Yop ?! Eh mais c’est grave, ça !

Moins cependant que de cracher par terre sans raison.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Si le détenteur dudit yoghourt procède ainsi, c’est pour éviter qu’on le lui pique.
Précisément, le glaviot n’est-il point une résurgence animale consistant à marquer son territoire ?

Si oui, pourquoi les mectons seraient-ils les seuls concernés ? Ont-ils vu leur évolution contrariée par rapport à celle de leurs congénères à mamelons ? A moins que celles-ci n’aient pas de territoire à elles et comptent sur monsieur pour le PEL ?
Zieutez, zieutez, aucune fille du sexe féminin – hors Calamity Jane et camionneuses isolées – n’a besoin de s’affirmer au point de RRRRRRRRRRRKH, PTTT se racler le palais en quête d’un molard suffisamment ostensible.

Cracher passe donc pour un signe de virilité. Fluide projeté à dose et distance mesurables, forme et couleur distinctives… Là encore, toute ressemblance avec le clébard levant la patte le plus haut possible hein, connaissez le refrain.

Mais c’est surtout une preuve de la moutonnerie du mecton. Neuf fois sur dix, pris en flagrant délit, celui-ci avouera que c’était pour faire comme les petits copains.

 

A charge pour vous de lui rappeler alors que 1) son geste est moins élégant que se faire les crottes de nez, pisser contre un mur et se gratter les khoûilles en public réunis, 2) puisqu’il vise le milieu du trottoir, le seul moyen d’être encore plus irrespectueux serait de vous cracher directement à la gueule, 3) tous ses germes vous adoptent comme un seul homme, 4) le danger n’est pas mince de glisser dessus et surtout 5) ça ne sert à rien, rien et re-rien. Hypersalivation ? Indiquez-lui le toubib le plus proche. Dans le cas contraire, s’il a les commissures arides, rien ne l’empêche de se désaltérer en terrasse, ce qui augmentera pour le coup ses chances auprès des minettes.

 

Nous sommes au XXIe siècle. Economisons la salive, notre bien commun.

Merci de votre attention.

 

Comment réserver toute la rangée sans châle digne de ce nom ?

 

Vous arrivez le premier. Mais vous n’êtes pas le premier venu. Et comptez bien le faire savoir au reste de l’auditoire. Puisque rien ne vous l’interdit, vous entreprenez de faire main basse sur toute la rangée de sièges pour vous et votre smala.

En principe, un simple châle suffit à prendre possession des lieux. Ou à défaut, un papier par tête de pipe disposé d’autorité, sur lequel vous aurez griffonné « Réservé ».

Mais dans le cas où vous porteriez une de ces tresses infâmes (celles en franges de tapis) tandis que la bille de votre Bic gèle dans votre poche, de quoi auriez-vous l’air ?

 

Ne déclarez pas forfait pour autant. Qu’iraient penser vos potes s’ils se trouvaient dispersés aux quatre coins de la salle par votre faute ? Ils vous rendraient la pareille à la première occasion et c’en serait fini de votre belle amitié. Tout ça pour une histoire de lainage trop court ?

écharpe2

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en éclaireur civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Afin qu’aucune fesse étrangère n’empiète sur vos plates-bandes, déshabillez-vous en laissant traîner vos frusques en évidence (ruse dite de la « strip-travée »). Veillez néanmoins à vous arrêter à temps sous peine de vous faire éconduire par la sécurité.

 

♦  Profitez du contact rapproché avec ces gorilles pour leur subtiliser un talkie-walkie dont, une fois vos places regagnées en douce, vous tirerez l’antenne sur toute la longueur.

 

♦  Marquez littéralement votre territoire en vous soulageant un chouïa sur tous les sièges. Le stratagème incommode vos amis ? Demandez à chacun qu’il vous prépare un petit flacon, soigneusement étiqueté, dont vous prendrez soin de répandre le contenu nominativement.

 

♦  Faites-vous passer au préalable pour un officiel. On s’empressera de vous réserver des places que vous n’occuperez pas pour finir.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Comment faire comprendre aux khôns de derrière que vous n’avez pas fini de poser vos articles sur le tapis ?

 

Pardon pour ce titre dont la véhémence le dispute à la longueur. D’autant qu’un problème si élaboré n’est déjà plus à la portée de ceux qui vous collent à la caisse. Reformulons donc en pesant chaque terme de l’énoncé.

Au terme d’un rodéo plus ou moins épique, vous vous êtes glissé dans une file dont la vitesse de croisière vous laisse pour une fois entrevoir une sortie proche. Votre prédécesseur vous a même gratifié d’un sourire en délimitant ses achats par une frontière en plastique à l’effigie du magasin ou d’une quelconque saloperie en promo. Un merci plus tard, une connivence s’installerait presque. Et dire qu’à votre tour, dans un instant, vous deviendrez cet affable passeur.
Sollicitude mère d’illusion.

Les ploucs dans votre dos vous ramènent au réel en un bip de code-barres. Qu’il faille attendre que vous ayez fini de poser vos articles avant de commencer à poser les leurs leur passe loin au-dessus.

Pourtant, vu l’amoncellement à venir, à moins de procéder par couches superposées, tout le tapis vous sera nécessaire : n’importe qui peut le constater. Sauf vos suivants, qui empiètent sur vos emplettes en niant votre existence.
(Au passage, leurs goûts de chiotte vous font prendre la mesure du monde qui, lui, vous sépare).

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en acheteur civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Déchargez tranquillou puis, tel un rouleau compresseur, poussez tout par terre en arrivant à hauteur de la ligne de front des khouillons. Sifflotez pour vous donner du courage.

 

♦  Technique imparable : disposez vos premiers articles non pas juste après la réglette en plastique mais directement en bout de tapis. Vous pourrez alors combler à loisir la place restante sans avoir à subir les assauts de l’arrière, d’où l’on assistera à cet habile stratagème avec l’impuissance des vaincus.

 

♦  Profitez de ce que la séparation est floue – et pour cause – entre ce qui est à vous et ce qui ne l’est plus pour tout mettre sur la note des envahisseurs (technique dite « du traité de Versailles »).

code-barres

♦  Dès les premières salves ennemies, cherchez cet autre fameux pannonceau : « Dernier client avant fermeture, merci de vous diriger vers une autre caisse » et glissez-le en bonne place, soi-disant à la demande de la caissière. L’exode de pure convenance ainsi créé provoquera un début d’érection ou d’humectage suivant les gonades.

 

♦  Plantez-vous en bordure de caisse, faites rempart de votre corps et manipulez vos affaires à distance à l’aide d’un bras télescopique. Au terme de l’opération, levez l’obstruction, repliez votre arme et rengainez-la soigneusement, non sans avoir soufflé dessus et conclu d’un marmoréen :

It’s the law of the West.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.