Age

 

A quatorze ans et deux mois, pourquoi ne claironne-t-on plus son âge comme à six ans et demi ou à huit ans trois quarts presque neuf ? En voilà de la métaphysique qui remue, mine de rien.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Age désigne un nombre d’années au compteur. Mais aussi une longue période définie après coup par les historiens : âge de bronze, Moyen-Age

Bé justement, en plein XIIe et XIIIe siècles, avant l’âge moderne, quel était le mot ? ou , eh ! Conscient qu’on n’irait pas loin au scrabble avec ça, l’on a finalement fait macérer la chose en äage ou aage. Voire edage comme de l’autre côté de la Manche, jusqu’à ce que Messieurs les Anglais adoptent age à leur tour.
Observez cet edage primitif et osez me dire que vous n’y voyez pas la marque du bas latin aetaticum, dérivé d’aetatem dérivé d’aetas (qu’on retrouve dans éternité), réduction d’aevitas dérivé d’aevum (qu’on retrouve dans longévité).

 

Le tout a, une fois de plus, poussé le long d’une racine indo-européenne, aiw- (« force vitale, vie, éternité »). A laquelle Messieurs les Anglais doivent leur ever et leur always, by the way.
Aux ceusses qui vous imposeraient une « limite d’âge », rétorquez donc « éternité », ça leur fera les pieds.

 

Quant aux gens d’« un certain âge » ou « personnes âgées » ou « troisième âge », on euphémise pour ne pas leur faire de peine. C’est idiot : autant appeler un vieux chat un vieux chat, puisqu’on prend tous de l’âge dès la naissance, mes bébés. Et neuf mois plus tôt même.
Si bien que les six ans et demi de tout à l’heure font déjà sept ans un quart en réalité.
Ça nous rajeunit pas, dites donc.

Merci de votre attention.

 

Publicités