A qui se fier pour la traduction ?

 

Vous connaissez le théorème de Werber :

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre.

Que voulait-il dire au juste ?

Que c’est une chance que le nombre de morts par malentendu soit si faible.

 

D’aucuns s’infligent une difficulté supplémentaire en traduisant des propos tenus dans une autre langue que la vôtre. Juste pour que vous puissiez piger/croyiez piger, etc. La grandeur d’âme le dispute parfois au masochisme.

Car, ne serait-ce que pour les raisons évoquées plus haut, l’interprète porte bien son nom. Et pour mémoire, voici la gymnastique à laquelle il se soumet :

1ère phrase en VO – réflexion en vue de la meilleure traduction possible – restitution en VF pendant la 2ème phrase en VO dont il ne faut pas perdre une miette.

Le tout en simultané et sans filet. Conclusion : l’interprète a trois cerveaux minimum. Un qui écoute, un qui recrache, un qui enregistre la suite.
Sans parler du travail préparatoire dans le cas d’un acteur à la filmographie abondante, dont le moindre titre doit être su par cœur dans les deux langues.

 

Pire : en fonction de l’humeur, du repas de midi ou d’un mot entendu la veille, la traduction variera d’une fois sur l’autre.

 

Or donc, quelle attitude adopter ?
Réagissez en enfumé civilisé.
Plusieurs options s’offrent à vous :

 

♦  Puisqu’on ne peut faire confiance qu’à soi-même, devenez polyglotte. Vous vous ferez des tas d’amis, et plus si affinités.

 

♦  Engagez trois professionnels et laissez-les trouver un compromis. C’est un peu plus long et un peu plus cher mais au moins, vous réduirez les sautes de concentration et le risque d’une mauvaise traduction, toujours embêtante au moment de se mettre d’accord sur la capitulation de l’Allemagne.

♦  La fonction du traducteur l’oblige à parler en même temps (et plus fort) que celui qui parle. C’est extrêmement malpoli. Faites-le traduire en langue des signes et qu’il aille au coin (inférieur droit si possible).

 

♦  Vous êtes déjà aux fraises lorsqu’il s’agit de répéter textuellement au voisin ce qu’on vous dicte au téléphone. Et vous vous en remettriez aveuglément à un charlatan ? Traduisez-le en justice, qu’on en finisse.

 

Flegme et dignité, montrez de quel bois vous vous chauffez.

 

Lireattentivementlanotice

 

Une pub ne pouvant dépasser vingt-cinq secondes (plutôt mourir), celles pour les médicaments ont tendance à s’emballer vers la fin. Les contre-indications y fusent pourtoutfairetenirdansletempsimparti. L’urgence sanitaire dans toute sa splendeur.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Ayons déjà une pensée pour la voix off et l’équipe chargée de la ranimer à l’issue de l’exercice. Elle a fort à faire :

Naguère encore, on se contentait d’une ou deux mises en garde bonhommes, du style « demandez conseil à votre pharmacien » :

Aujourd’hui, plus moyen d’échapper à l’intégralité de la notice. Et plus c’est écrit petit, plus c’est lu vite. Les autres sabirs ne sont pas épargnés :

Mieux vaut ne pas avoir mal à la tête, sinon c’est pire.

Certains spots poussent le vice jusqu’à faire défiler en plus un bandeau saturé de précautions d’emploi, pour un résultat encore plus effroyable.

 

Si vous ne faisiez pas n’importe quoi avec les médocs, aussi ! C’est pour se couvrir vous que le législateur et les labos font n’importe quoi avec le message obligent les pubs à annoncer in extenso la couleur. Et tant pis si c’est imbitable.

Croyez vraiment qu’on assimile toute la posologie à une telle berzingue ?

Du même tonneau, les incitations à se couvrir parce qu’il fait froid ou à bien se moucher en cas de grippe. Sans blague. Et à mettre un pied devant l’autre pour marcher, non ? Sait-on jamais, des piétons zimprudents pourraient se retourner contre l’Etat.

 

Riez pas, le mal s’étend partout : prêt bancaire, dernier modèle de bagnole… L’astérisque à Mach 2 pullule. D’ici peu, les affiches de spectacles mentionneront la date de naissance des artistes, celle du début des répétitions et celle du désamiantage de la salle. Entoutpetitpournesurtoutpasgênerlalecture.

Merci de votre attention.