Lassitude

 

Il est un fléau plus pernicieux que tous : la lassitude. Le batteur électrique, le beurre mou et le changement de crèmerie nous rappellent cependant qu’on ne doit jamais s’avouer vaincu par la garce.

Mais revenons à nos moutons, moutons.

Plus diffuse que l’ennui, moins soudaine que l’épuisement, la lassitude est une fatigue morale qui nous saisit sans qu’on s’en rende bien compte, à un moment pour ainsi dire connu d’elle seule. L’expression « de guerre lasse » en porte tout le joug : il y a eu lutte et nous rendons les armes, drapé dans un solennel « oh pis merde ». Brassens chantant Les Passantes d’Antoine Pol marie « soirs de lassitude » et « solitude » avec une poignante évidence.

Au Moyen-Age, la richesse de la rime n’aurait guère eu les faveurs de la muse. On note que clé de 12 n’a pas eu plus de chance *. Faut dire qu’à cette époque, on préférait « lassece » ou « lassement ». Formé sur l’adjectif lassus (« fatigué »), lassitudo existait pourtant chez les Romains. Sans doute les locuteurs hexagonaux s’en sont-ils lassés, avant d’y reviendre.

* On me signale que si clé de 12 n’a guère inspiré les poètes médiévaux, c’est peut-être que celle-ci n’avait pas encore été inventée. Info à garder sous le coude.

 

Par ailleurs, saviez-vous qu’hélas entretient plus qu’un vague rapport avec la choucroute de ce jour ? Las, son alternative soutenue et vieillie, signifiait « malheureux » vers le premier millénaire après le Grand Khôn, juste avant d’induire la notion de dépit qu’on sait.

Tout ça, c’est de la faute du radical indo-européen lei (« affaiblir ») sur lequel a poussé l’idée d’atténuation (lenis, « doux » : lénifiant) et même de « mort » (letum : arme létale) ! M’étonnerait pas – une intuition, comme ça – que ç’ait franchi la Manche pour donner lay et lie (« étendre » et « être étendu, gésir »).

 

L’est bien sombre, cette étymo, dites donc ! Pour détendre l’atmosphère arrive le petit frère de lassus, lassulus (« un peu las »). Ses faux airs de grassouillet (« un peu gras ») nous rappellent qu’outre ras et bas, las appartient au club très fermé des adjectifs en –as.

Et dans notre série « la confiance règne », pas la peine de vous retaper tout l’alphabet pour en dénicher un autre, vous vous lasseriez.

** Ah, on me fait signe à nouveau que non connard, clé de 12 et lassitude ne peuvent se répondre sur le plan de la rime, ni sur aucun autre plan du reste. D’où l’absence totale de l’ustensile en poésie (et de poésie dans ledit).

Merci de votre attention.

 

Publicités

Vous diriez même plus :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s